AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Love Long Distance ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

________________________
Misha A. Denvers

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 93
â g e : 24
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Love Long Distance ♥   Sam 16 Oct - 20:32




(c)HollowArt

« Ce n’est pas grave, je vais te guider, j’ai des années de danse derrière moi. » Oh. Dans ce cas, Misha ne risquait pas de tomber. Il avait eut peur que Noam ne soit déçu par ses piètres talents en matière de tout ce qui demandait un minimum d’équilibre, en l’occurrence ici la danse, mais apparemment non. Il voulait toujours danser avec lui. Le profane se sentait heureux comme un gosse de 5 ans qu’on aurait emmené à WaltDisney. Contre le corps de celui qu’il aimait, il se sentait presque l’esprit engourdit. Mais il devait se concentrer, car si Noam était un excellent guide, lui risquait de s’emmêler les jambes à la moindre inattention et il voulait faire de son mieux pour l’élève de Terre. Il suivit tant bien que mal le premier pas, baissant les yeux pour observer les pieds de Noam et tenter de calquer ses mouvements sur les siens. Au moins, cela lui fournissait une excuse pour ne pas le regarder droit dans les yeux, ou pire, loucher sur ses lèvres si attirantes. Son cavalier le tenait fermement et il sentait son cœur ronfler dans sa poitrine comme les pales d’une hélice, une douce chaleur l’enveloppait et s’insinuait lentement dans ses veines. Il dansait avec Noam. Il peinait presque à y croire. Tout ça n’était qu’un rêve, le réveil sonnerait bientôt, le forçant à s’arracher au plaisir que lui procurait ce moment pour un brusque retour à la réalité. Il sentait les mains du jeune homme sur ses hanches et ce contact faisait courir des frissons sur sa peau. Heureusement qu’il avait un pull, il n’aurait pas aimé que Noam le voit réagir ainsi, il aurait compris…Compris qu’intérieurement, Misha ne désirait que frôler sa peau, la caresser, la couvrir de baisers, épouser ses courbes, connaître la moindre de ses formes, s’y perdre… L’une des mains de Noam dériva et, surpris, Misha releva les yeux, croisant le regard de l’élève de terre tandis qu’il lui caressait légèrement le creux des reins. Se doutait-il seulement qu’en faisant ceci il offrait au profane des dizaines de sensations différentes, toutes plus intenses les unes que les autres ? Damn. Il en aurait perdu la tête si la nécessité de se concentrer pour ne pas tomber ne le faisait se cramponner à la réalité. Si réalité il y avait, car pour l’instant, la scène tenait plus du rêve…
Obéissant aux pressions que les mains de Noam exerçaient sur son corps, Misha se rapprocha un peu plus de lui. Il ne cessait de se demander ce qui pouvait bien passer par la tête de l’élève. L’appréciait il ? ça devait bien être le cas, sinon il ne lui aurait même pas adressé la parole, et il ne l’aurait pas réprimandé sur le fait d’être venu ce soir là, malgré le danger… Conclusion : Il l’appréciait. Ensuite, il l’avait invité à danser. Ça c’était qu’il l’appréciait un peu beaucoup non ? Non, ça ne voulait peut-être rien dire… peut-être qu’il s’en fichait de lui, qu’il l’avait juste invité pour s’amuser, vu la décontraction qu’il affichait… après tout, il aurait put demander à n’importe qui. Seulement il lui avait demandé à lui. Ses joues rosirent un peu. Il était tellement bien, serré contre le corps de Noam. Les vêtements qui les séparaient l’agaçaient à un point fou ! « Alors Misha, est-ce que tu aimes danser... avec moi ? » Rougissant encore plus qu’il ne l’était déjà le jeune profane se fit violence pour ne pas répondre immédiatement et dire ainsi une bêtise qui pouvait lui coûter cher. En effet, il ne devait pas révéler à Noam à quel point il aimait être là, tout contre lui, avec ses mains posées sur lui. Son cœur était à lui, à lui seul, il ne fallait pas qu’il le sache… Son amour pour l’élève de terre devait rester un secret bien gardé, enfoui dans son cœur, et il devait apprendre à jeter la clé très loin pour ne jamais rien laisser s’échapper. Mais la tâche était plus facile à dire qu’à faire… Surtout lorsque l’élève en question était juste là, devant lui.
S’il aimait danser avec lui ? Quelle question… idiote ! Aussi idiote que lorsqu’il lui avait demandé s’il voulait danser avec lui. Mais bien sur Noam ne pouvait pas vraiment savoir à quelle point ses questions n’avaient pas lieu d’être tant la réponse était évidente, pour la simple raison qu’il ignorait les sentiments que Misha nourrissait à son égard. Et inversement. Les êtres humains sont parfois très illogiques dans leur façon d’être, vous ne trouvez pas ? Ils aiment et le cachent, ils haïssent et font semblant d’aimer. Que d’hypocrisie, de mensonges douloureux. Si Misha avait sut, il se serait déjà jeté sur Noam, l’embrassant sans vergogne, sans attendre quoique ce soit. Juste parce qu’il était dingue de lui. Totalement fou, sous l’emprise de ses charmes, depuis le premier coup d’œil qu’ils avaient échangés. Coups de foudre… Noam et Misha. Ça sonnait comme une évidence. « Puisque tu ne sais pas danser… Est-ce que cela veut dire que… je suis ton premier cavalier ? » Oula, on partait sur une pente dangereuse là. Pouvait-il lui dire qu’il avait toujours refusé de danser, sauf avec lui ? Il ne le quitta pas du regard, le voyant baisser les yeux, comme gêné de sa propre question. Il avait la terrible envie de l’embrasser, depuis le départ. Il avait envie de goûter à ses lèvres, ses chairs rosent et pulpeuses. Il comprenait aisément pourquoi tant de filles lui couraient après, il était si beau, si désirable…
«Ça me fait plaisir de danser avec toi… »
Murmura t’il, se penchant à son tour. Il se demandait pourquoi Noam semblait soudain si gêné, mais trouvait cela vraiment adorable. Peut-être n’était-il pas habitué à danser avec des garçons ? Si ça se trouve Misha était le premier, tout comme l’était Noam pour le profane. Son cœur ne cessait de bondir au rythme de la musique, la danse les rapprochait de plus en plus et il frôlait le corps de Noam à chaque mouvement. Leurs pieds se touchaient tandis qu’ils ondulaient sensuellement sur les accords. Bordel… son sang battait dans ses tempes, son cœur frappait sa poitrine comme pour en sortir… Il ignorait à quoi il ressemblait, mais la couleur de son teint devait être plus proche de la pivoine que de la pèche. Merveilleux. Ben, encore heureux qu’il s’était habillé en noir, le noir ça va avec tout, même la tomate.
« En fait je n’aime pas trop… »
Sa voix se perdit dans un souffle alors que sa gorge se serrait. Il se retenait de parler car il savait que s’il l’ouvrait là, maintenant, il gagatiserait tellement qu’il bégayerait, et c’était pas classe. Ouf… inspire, expire. Il avait du mal à respirer, la tête lui tournait. Tentant de reprendre contenance, il respira par la bouche une grande bouffée d’air frais et sentit les fragrances du parfum de son cavalier. Juste divines. Mais qui ne l’aidèrent pas, au contraire. Des points noirs envahirent sa vision et il trébucha, son pied droit se tordant soudain sans aucune raison valable et l’obligeant à se raccrocher à Noam, se collant encore plus contre lui. Traitre ! Connard d’équilibre ! Connard qui lui avait lancé le ballon ! Connard de destin !
« Pardon, excuses moi ! »
Marmonna t’il, appréciant tout de même le contact du corps de Noam contre le sien. Il avait pourtant peur que, en étant si proche, l’élève de terre ne puisse entendre battre son cœur, ou du moins le sentir marteler sa poitrine. C’était risqué, mais à présent qu’il était si proche il n’avait plus la force de se décoller…
« En fait, je voulais dire que je n’aime pas trop… tout ce qui a un rapport avec l’équilibre. »
Il sourit légèrement et adressa à Noam un regard désolé.
« Je ne tiens pas très bien sur mes jambes depuis quelques temps... c’est…. C’est un problème d’oreille interne °° »
Totalement gêné, paralysé, son souffle le lâcha une nouvelle fois et sa respiration se fit sifflante alors qu’il resserrait sa prise autour de la nuque de Noam. Bon sang… ses lèvres étaient si proches… les points noirs obscurcissaient toujours sa vue, il ne voyait plus que ces lèvres… Toute son attention était portée sur elles, si parfaites… quel goût pouvaient-elles avoir… ? Que risquait-il à tenter le coup ? Noam mettrait juste fin à cette entrevue… ils ne se reverraient plus… mais il emporterait avec lui le souvenir de ce chaste baiser… Ou alors il prétexterait ne pas s’être senti bien, à leur prochaine rencontre, il lui présenterait ses excuses… On ne peut rien perdre, lorsqu’on ne possède rien. Donner de l’amitié à un amoureux c’est comme donner du pain à un homme qui meurt de soif. Totalement inutile, voir cruel… A la limite, s’il le repoussait, cela valait mieux…
Se penchant, Misha posa son front contre celui de Noam et le regarda droit dans les yeux. Non, il n’était pas conscient de ce qu’il faisait, il était fou, fou à en crever… Il frôla ses lèvres, lentement, tout doucement…comme pour demander la permission, avant de l’embrasser tendrement…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Noam A. Harrows

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 180
â g e : 27
t o u r : Terre
t o t e m : Panda roux
a n n é e : Cinquième
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Ça sera lui, ou rien.
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Love Long Distance ♥   Sam 23 Oct - 14:07


« Ça me fait plaisir de danser avec toi… » Relevant lentement les yeux vers Misha, il tenta de cacher sa surprise. À vrai dire, il ne pensait pas que ce dernier prendrait la peine de répondre mais qu’il lui demanderait plutôt ce que toutes ces questions pouvaient bien cacher. Bien que Noam craignait que la réponse ne soit bien trop évidente à présent. Mais peut-être que le jeune profane était trop occupé à penser à autre chose pour s’en apercevoir. Oui, peut-être. L’apprenti gardien s’accrocha à cette idée afin de ne pas se laisser déstabiliser, cela ne ferait de toute façon qu’aggraver les choses. Et puis, il y avait tellement d’autres choses à faire, comme profiter de cette danse, et du corps de son cavalier qui frôlait le sien à chaque mouvement… C’était si enivrant qu’il devait se retenir de ne pas en réclamer davantage en l'attirant au creux de son corps afin que le sien vienne en épouser chaque courbe. Fermant les yeux, il inspira profondément en espérant ainsi pouvoir se ressaisir, mais il en demandait sûrement trop. En effet, il avait déjà tellement rêvé de pouvoir se tenir si prêt de Misha, de pouvoir le toucher de cette façon que son imagination ne pouvait que perdre le contrôle et se mettre à divaguer. De toute façon, il était bien incapable de l’interrompre et il ne le souhaitait pas vraiment… il aimait imaginer son corps contre le sien et ses doigts frôlant sa peau, ses lèvres embrassant les siennes avant de descendre le long de sa gorge.. « En fait je n’aime pas trop… » Le velour de la voix de Misha le tira brusquement de ses pensées interdites. Qu’est-ce qu’il n’aimait pas, hein ? Lui avait-il menti pour le protéger, dissimulant qu’en réalité, il ne prenait aucun plaisir à danser avec lui ? Devait-il arrêter de danser ? Le laisser tranquille ? S’éloigner et ne plus jamais l’approcher ? Bordel, que quelqu’un stoppe cette crise d’angoisse, c’était proprement insupportable de laisser un tel sentiment d’insécurité dériver à ce point. Jamais auparavant il n’avait perdu pied de cette façon. Etait-ce sain ou bien normal ? Ce n’était qu’un gamin de dix-sept ans comme un autre, non ? Pourquoi est-ce qu’il se torturait de la sorte pour lui ? Alors que le jeune homme n’aimait peut-être même pas les hommes… Non, c’était stupide, il n’aurait pas danser avec un homme sinon… Enfin, peut-être que si, au fond. Merde, mais ça devenait vraiment n’importe quoi cette histoire ! • Tu veux que j’appelle le samu ? • • Rhayn, je te jure que si tu ne la ferme pas, tu n’es pas prêt de pouvoir courir sous ta forme animal avant un bon bout de temps • • Qu’est ce que tu peux être susceptible dès que tu te sens vulnérable… Franchement, tu n’es pas le premier couillon qui tombe amoureux, relax ! • • Je ne suis pas… Je ne le suis pas, si ? • Rhayn préféra garder le silence, trouvant ces gamineries bien trop ridicules pour lui. Mais Noam devait se retenir de trembler tant cela le rendait nerveux.

Perdu dans ses pensées, l’élève de la terre n’avait même pas remarqué l’étrange comportement de son cavalier et il ne réagit qu’au moment où ce dernier perdait l’équilibre, se raccrochant à lui. Instinctivement, il le retint et le serra contre lui afin d’éviter la chute. A cet instant, son cœur battait la chamade contre sa poitrine, tambourinant comme si il tentait désespérément de sortir et pourtant Noam n’aurait su dire si c’était du à la réaction précipitée qu’il avait eu, dans le but d’empêcher Misha de s’étaller sur la piste de danse, où si c’était la chaleur de son corps contre le sien qui le mettait dans un tel état. Dans tous les cas, il espérait que son compagnon ne percevait rien de tout cela. « Pardon, excuses moi ! » Pourquoi s’excusait-il ? Cela pouvait arriver après tout, surtout lorsque l’on ne sait pas danser. À vrai dire, si l’apprenti gardien avait été plus vigilant, il aurait pu le guider avec plus de rigueur… mais ce dernier était bien trop occupé à imaginer la douceur de sa peau, alors forcément, il avait été bien incapable de rester concentré. Cependant, il n’eut pas le temps de lui expliquer que tout était de sa faute parce que le jeune profane avait déjà repris la parole. « En fait, je voulais dire que je n’aime pas trop… tout ce qui a un rapport avec l’équilibre. » Oh, c’était donc ça qu’il avait voulu lui avouer tout à l’heure ? Pourquoi avait-il accepter de danser avec lui dans ce cas ? « Je ne tiens pas très bien sur mes jambes depuis quelques temps... c’est…. C’est un problème d’oreille interne °° » Noam se mordilla la lèvre, il avait vraiment envie de lui dire qu’il n’avait pas à avoir honte, que tout ça n’était pas de sa faute après tout mais… aucun mot ne parvenaient à franchir la barrière de ses lèvres. En fait, son regard ne quittait plus la bouche de Misha, bien que ce dernier ait cessé de parler, il en étudiait la couleur et les courbures comme si il n’avait jamais regardé d’autres lèvres auparavant. Et peut-être était-ce le cas. Peut-être ne s’était-il jamais intéressé à ce genre de détail avant ce jour. Mais c’était soudainement devenu une évidence, parce qu’il ressentait cette irrésistible envie de l’embrasser et que cette simple pensée avait fini par l’obséder…

Incapable de faire le moindre mouvement, Noam restait figé, là, à observer le profane comme si il craignait qu’il ne disparaisse. Alors, lorsque ce dernier posa son front contre le sien, il se contenta de retenir son souffle, n’ayant jamais été aussi proche de lui et cette proximité le rendait fou… Être si près de lui et ne pouvoir le toucher, cela relevait de la torture et il ne parvenait même plus à réfléchir tant il devait lutter contre le désir qui lui consumait l’âme et le corps. Mais… Etait-ce un rêve ou les lèvres de Misha venaient vraiment de frôler les siennes de cette façon si prudente et sensuelle ? C’était si bon… cela ne pouvait être qu’un rêve n’est-ce pas ? un simple rêve… Pourtant, cela devint de plus en plus réel lorsque le jeune homme l’embrassa tendrement. A ce contact, son cœur battit soudain si fort, qu’il lui donna l’impression d’exploser dans sa cage thoracique, une sensation effrayant et merveilleuse à la fois… Enivré par toutes les sensations qu’il pouvait ressentir, il répondit timidement au baiser, caressant doucement les lèvres du jeune homme avant d’y mêler sa passion et de mettre plus d’ardeur dans les mouvements de ses lèvres qui venaient à présent capturer celles de son cavalier, approfondissant le baiser. Puis, oubliant tous les interdits qui l’avaient bridé jusque-là, il plaça sa main derrière la nuque de Misha, forçant la barrière de ses lèvres afin de glisser sa langue dans sa bouche et de caresser sa jumelle avec envie. Il avait si souvent rêvé de faire chacun de ses gestes, de partager cet instant avec le jeune homme qu’il avait le sentiment de planer, de goûter à une substance illicite au délicieux goût d’inaccessible, d’impossible. Néanmoins, plus la chute est belle, plus l’atterrissage se révèle être douloureux. Et autant dire que le retour à la réalité fut des plus difficiles et le cœur déchiré, Noam mit fin au baiser, à regret. Bien que la tête lui tournait encore sous l’intensité de cet échange, il venait de réaliser qu’il se faisait de faux espoirs en se perdant ainsi dans ce baiser. Il acceptait d’entrevoir et de goûter à quelque chose qu’il ne pourrait jamais avoir et cette constatation ouvrait une plaie dans son cœur, qui suffoquait déjà. Quel con ! Pourquoi s’infligeait-il une telle souffrance ? Il savait que tout ceci n’était qu’un flirt, une brève attirance le temps d’une danse, et même si par miracle Misha désirait aller un peu plus loin encore, cela ne ferait que repousser l’échéance, rien de plus… Et dire qu’il avait prévu de profiter de sa présence, rien de plus et que finalement, il se retrouvait à faire de l’auto-flagellation, goûtant à ce qui ne serait jamais à sa portée. C’était si pitoyable qu’il en avait presque les larmes aux yeux. Parce que, bien sur, ça lui avait plu… Parce que ça avait été mieux encore que tout ce qu’il avait pu imaginer et que, oui, il ressentait quelque chose de bien plus fort que ce qu’il voulait bien admettre… Même si il se refusait à le formuler, ne fut-ce dans ses propres pensées, de peur d’en souffrir davantage.

Complètement perdu, il ne savait pas ce qu’il devait faire à présent et de peur que Misha ne s’imagine quoi que ce soit de faux à son sujet, il murmura. « Je suis désolé, je n’aurais pas dû m’emballer de cette façon, je… » Autant dire qu’une gamine de treize ans n’aurait pas fait pire, mais le jeune homme lui faisait vraiment perdre ses moyens… Alors comment lui dire qu’il avait aimé l’embrasser de cette façon, mais qu’il ne devait pas… Non, il ne pouvait pas se permettre d’agir comme si il avait quoi que ce soit à lui offrir et ça, même si il le désirait vraiment. Pour une fois, il n’avait pas envie d’être juste un égoïste qui profite de la vie avant ce maudit mariage. Parce que le jeune profane méritait beaucoup mieux que ça et qu’en plus, il n’était au courant de rien. Bien sûr, il ne comptait pas garder tout ça secret, au contraire, il lui dirait tout, mais il voulait encore profiter de ces quelques instants de liberté où Misha pouvait le voir juste comme il était et pas comme le fiancé de Dellà. Peut-être qu’il ne le verrait pas différemment ensuite mais dans le doute, il préférait s’attendre au pire, comme ça, il ne serait pas déçu. Même si la douleur serait exactement la même. « J’espère que tu veux toujours danser avec moi… » Parce que lui, il en mourrait d’envie et il craignait qu’après la fougue de son baiser, Misha n’ait découvert la passion qui l’habitait et que cette constatation l’effraie. Au fond, il aurait pu comprendre que le jeune homme préfère en rester là ou ne croit que si il avait interrompu le baiser, c’était parce qu’il avait honte ou pire encore, qu’il ne voulait pas l’embrasser. Alors qu’en vérité, il se faisait violence pour ne pas recommencer… Évitant soigneusement de poser son regard sur les lèvres rougies de son cavalier, Noam prit l’un de ses mains, savourant le contact chaud de sa paume contre la sienne avant de les lever et d’entourer la taille du jeune homme de son bras libre. « Pour ne pas risquer que tu te foules la cheville à cause de moi, on va tenter autre chose… » Il esquissa un sourire quelque peu timide, mais qui révélait son envie de lui faire plaisir, de réparer ce qu’il avait brisé, simplement par peur… Puis, baissant les yeux, il plaça son pied à côté de celui de son partenaire avant de murmurer. « Place tes pieds sur les miens… Comme ça, tu n’auras plus besoin de te concentrer pour ne pas perdre l’équilibre, je ferai tout. » Souriant à nouveau, il priait en silence pour que Misha accepte sa proposition et perçoive son désir de le retenir encore un peu auprès de lui. • Je t’en pris, Misha, ne pars pas… Ne pars pas tout de suite… Tu me fuiras bien assez tôt, alors reste encore un peu…• • Arrête de te lamenter, laisse le réfléchir, le pauvre… • Il devait bien admettre que Rhayn avait raison, il fallait vraiment qu’il se calme et qu’il se montre patient. De toute façon, il ne pouvait rien faire de plus, il n’était plus maître de son destin. Lentement, son regard effleurait le visage du jeune homme, comme pour le mémoriser encore une fois et à chaque seconde, il sentait le masque imparfait de son assurance, se fissurer peu à peu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Misha A. Denvers

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 93
â g e : 24
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Love Long Distance ♥   Lun 25 Oct - 23:08



Mieux que le déhanché d’Emma Peel, Marilyn, la schtroumpfette, Lara Croft, Naomi Campbell et le grain de beauté de Cindy Crawford. Mieux que la face B d’Abbey Road, les CD d’Hendrix, qu’le p’tit pas de Neil Armstrong sur la lune. Le Space-Mountain, la ronde du Père-Noël, la fortune de Bill Gates, les transes du Dalaï-Lama, les NDE, la résurrection de Lazare, toutes les piquouzes de testostérone de Schwarzy, le collagène dans les lèvres de Pamela Anderson. Mieux que Woodstock et les rave-party les plus orgasmiques. Mieux que la défonce de Sade, Rimbaud, Morisson et Castaneda. Mieux que la liberté. Mieux que la vie...
Jeux d’enfants


Il n’entendait plus que les battements de son cœur. Frénétiques, emballés à une vitesse folle, qui tapaient sur sa poitrine. Comme faisait Noam pour ne pas les entendre ? Alors qu’il avait l’impression que toute la salle, en tendant l’oreille, aurait put. Leurs lèvres se touchaient, s’enlaçaient, se perdaient l’une contre l’autre. Chaque frôlement faisait naître des étincelles dans les veines de Misha qui sentait une douce chaleur se répandre en lui, et bon sang ce que c’était agréable ! Cet instant était parfait. Juste parfait et rien d’autre. Et pour cette raison, le profane aurait aimé qu’il dure l’éternité. Si ce matin en se levant quelqu’un lui avait prédit qu’il embrasserait ainsi la personne qu’il aimait, il n’y aurait pas crut… Le souffle devenu plus rapide, il sentit la main de Noam se glisser derrière sa nuque alors que le baiser s’approfondissait délicieusement. Intérieurement, Misha songea que peut-être, l’élève de terre prenait du plaisir à l’embrasser ainsi. C’était même certain, sinon il n’aurait jamais répondu à cette demande si intime… Surpris, il laissa cependant la langue de l’élève venir à la rencontre de la sienne et frissonna lorsqu’elles se rencontrèrent...c’était tellement bon… tellement irréel aussi…Son regard s’embuait de plaisir et son esprit s’engourdissait à mesure que les secondes défilaient et que le baiser gagnait en intensité, ne rendant la morsure de son absence que plus vive encore lorsque Noam se détacha de lui… NON ! C’était atrocement trop court… Pourquoi mettait-il donc déjà fin à quelque chose de si agréable ? Ne se rendait-il pas compte de la passion qui pulsait dans les veines du profane ?...
A regret, Misha dut retenir une grimace de déception devant la si courte durée du baisé. Il en voulait plus, et était à la fois terrifié de ce qui venait de se produire. Il avait embrassé Noam. Et ce dernier avait répondu au baiser, presque sans aucune hésitation. Pensait-il qu’il l’aimait maintenant ? Si ça se trouve il avait deviné… c’était horrible. S’il savait, s’en était fini de leur « belle amitié ». Il venait de commettre une erreur monstrueuse. Terriblement agréable et irrésistible, mais monstrueuse. Il n’aurait jamais dut céder à la tentation. Comment pouvait-il continuer à se comporter normalement après ça ? Ils venaient de se rouler une pelle ! Misha avait les joues en feu et n’osait même plus lever un seul regard vers le visage de Noam, trop honteux de ce qu’il venait de faire. Omg. Quel idiot, quel crétin, quel imbécile. Oh God Damned Shit !!!!!! Pourquoi avait-il répondu au baiser ? Se pouvait-il qu’il ait… « envie de lui » ? Ou qu’il l’aime ?...c’était trop beau pour être vrai, Misha raya immédiatement cette seconde option de son esprit, sachant pertinemment que ça ne pouvait être le cas. Il y avait une chance sur un million pour que ce le soit, et avec la veine qu’il avait toujours eut, cette chance il ne l’aurait pas. Ça ne valait même pas le coup d’essayer. Mais alors pourquoi ne l’avait-il pas repoussé ? C’était même tout le contraire de ce à quoi il s’était attendu ! Noam venait de l’embrasser avec plus d’ardeur que jamais personne auparavant n’en avait mis. La tête lui en aurait tourné tellement cela avait été intense !...Bordel. C’était comme si un connard avait donné un coup de pied dans son estomac. Il se sentait de plus en plus mal. Qui était l’abruti de dieu qui lui avait soufflé une idée pareille, hin !!!!? Il attendait de savoir qui était le coupable de ce fiasco ! « Je suis désolé, je n’aurais pas dû m’emballer de cette façon, je… » Ne regarde pas ses lèvres, ne regarde pas ses lèvres, ne regarde pas ses lèvres. Fait comme si tout allait bien. Zen. Damned. Désolé ? Mais ce n’était pas lui qui s’était jeté sur ses lèvres, tout ça c’était de la faute de Misha ! De quoi s’excusait-il ? ça avait juste été merveilleux… Même si le profane ne comprenait toujours pas pourquoi il avait répondu au baiser d’une telle manière… pourquoi ? S’il avait put, Misha aurait répondu que ce n’était pas grave, qu’il n’y avait rien à pardonner… mais sa gorge était comme obstruée, comme si sa trachée avait brusquement rétrécit, l’air lui-même avait du mal à s’y engouffrer. Mal mal, mal, il se sentait mal. Il aurait voulu que le sol s’ouvre juste sous ses pieds pour qu’il disparaisse dans un précipice. Quelle idée d’être venu ce soir ! Ne pouvait-il donc jamais rester à sa place !? Il se dit un instant que Noam avait bien du courage de vouloir encore lui parler après ce qui venait de ce produire, et que le malaise qui l’habitait devait être tellement palpable que n’importe qui aux environs des 5 mètres devait en recevoir les ondes négatives. AAAAH. Un véritable enfer. Pourquoi ne possédait-il pas la même assurance que son cavalier ? S’il avait été plus fort, il aurait sut réparer la situation, ou même, simplement résister à l’appel de ses lèvres. Son cœur implosait dans sa poitrine.
« J’espère que tu veux toujours danser avec moi… » Non, c’était trop dangereux. Si Misha restait là ça allait encore déraper. Il n’avait plus qu’une seule envie, fuir le plus loin possible. Mais cette voix l’envoûtait tellement… Et son corps chaud contre le sien le rendait presque fou. Il dut faire de son mieux pour réprimer un frisson lorsque l’élève de terre prit l’une de ses mains. Troublé, Misha laissa sa paume glisser dans celle de Noam, se calant contre sa peau comme si là avait toujours été sa place. Il avait l’impression d’avoir été renversé dans un monde parallèle, où la logique n’avait plus d’ancrage. Il avait du mal à diriger son corps, celui ci désirant si ardemment se presser contre celui qui lui faisait face. Mais il devait résister, et dieu seul sut à quel point Misha se fit violence pour ne pas flancher lorsque Noam repassa son bras derrière sa taille. « Pour ne pas risquer que tu te foules la cheville à cause de moi, on va tenter autre chose… » Misha ne vit même pas le sourire que lui adressait l’étudiant, trop occupé à fixer son pied qui était venu se placer prêt du sien. Trop occupé à penser à la douceur des lèvres qu’il venait d’embrasser. Trop occupé à se battre contre leur appel incessant. « Place tes pieds sur les miens… Comme ça, tu n’auras plus besoin de te concentrer pour ne pas perdre l’équilibre, je ferai tout. »
Hin ? Il lui proposait quoi là ? Il lui demandait de poser ses pieds sur les siens ? Il le croyait handicapé à ce point ? Remarque, après ce qui venait de se produire, ce n’était peut-être pas étonnant. Même pas capable de danser. La honte totale.
Bon sang ! Et il attendait quoi l’arrêt cardiaque, hin ? C’était quand il voulait ! Misha n’attendait que ça bordel ! Crever ! Vite fait bien fait ! Sans truc gore ! Et puis de toute manière il allait lui écraser les pieds ! ça va pas la tête ! Non, non non non, ça ne valait mieux pas qu’il accepte. Pour des raisons de poids et bien sur, de rapprochement. Non… En réalité il pouvait faire bien mieux que ça. Inconsciemment Misha se rapprocha encore plus de Noam, collant presque leurs corps l’un à l’autre alors que sa seconde main se glissait sur l’épaule de l’élève. Ouf. Rester zen. Okey, ils venaient juste de s’embrasser. Juste de s’embrasser. Pas de quoi en faire un drame, hin ? « T’en fais pas…J’ai un équilibre de merde mais t’es un super cavalier, je risque pas de tomber. Et puis je voudrai pas t’écraser les pieds. » A croire que plus il devenait fou plus il avait l’air à l’aise. Ou alors c’était une capacité spéciale qui venait de naître en lui, celle de paraître à l’aise dans les situations les plus tendues. Bref. Ne croyant pas lui-même à ce qu’il osait dire, Misha garda le regard baissé. Son cœur était soudain comme euthanasié. Il ne le sentait même plus battre. Il savait qu’il était là, quelque part dans sa cage thoracique. Mais le temps s’était arrêté. Plus un souffle, plus un battement de cils. S’il le disait là, maintenant, tout de suite ? Je t’aime Noam. C’était pas si compliqué. Trois mots qui auraient pu tout changer. En bien, ou en mal. Surtout en mal. Pourquoi avait-il répondu au baiser ? Pourquoi ne le rejetait-il pas ? C’était illogique ! Il ne comprenait plus… Peut-être qu’en fait il ne devait pas rester ici. Peut-être que Noam se foutait de sa gueule, depuis le début… Son cœur hurla à cette pensée. Tient, il se re-manifestait lui ? C’était bien le moment… Son souffle s’accéléra brusquement avant de s’éteindre à nouveau. Putain ! mais qu’est ce qui clochait chez lui pour qu’il réagisse ainsi ! Il frissonna, des points noirs vinrent flouter sa vue et il repoussa Noam, se dégageant de son étreinte pourtant si agréable. Oui, c’était le mieux à faire. Sa main au creux de ses reins le brûlait, et maintenant qu’elle n’y était plus, il sentait comme un poids disparaître de son cœur. Ou y peser davantage peut-être…en tout cas, quelque chose avait changé. « Excuses moi. J’ai fais une connerie (une de plus). Déjà, je n’aurais pas dut venir. » Il se retourna. Contact visuel coupé, son cœur repartit d’un bond dans sa poitrine et il sentit un pic de douleur fluctué dans son âme. « On ferait peut-être mieux d’en rester là pour ce soir. Pardon, excuses moi. » Il fit une nouvelle fois face à l’élève, qui, étrangement, semblait soudain plus pâle. Ne pas regarder ses lèvres. Ses yeux fixèrent donc une nouvelle fois leurs pieds alors qu’il terminait d’une voix tremblante. « Si je reste, ça va encore mal tourné. C’est pas contre toi. » Le ton employé se voulait doux et calme, mais il se termina d’une voix hachée et difficile. Chaque syllabe était de plus en plus difficile à prononcer. Bon sang. Il faisait quoi là ? Il mettait vraiment un terme à cette soirée ? Si facilement ? Alors que quelques minutes plus tôt, il avait été tellement heureux ! Il y était encore, d’ailleurs. Mais avoir embrassé Noam était sans doute la pire erreur de sa vie. Ils étaient AMIS. Justes amis. Et rien d’autres. C’était impossible.
Faisant demi-tour, Misha regagna les tables d’une démarche vacillante et se servit une coupe de champagne qu’il but d’un trait.
Shit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Noam A. Harrows

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 180
â g e : 27
t o u r : Terre
t o t e m : Panda roux
a n n é e : Cinquième
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Ça sera lui, ou rien.
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Love Long Distance ♥   Ven 29 Oct - 1:03



De mille saveurs une seule me touche
Lorsque tes lèvres effleurent ma bouche
© AaRON


Ne vous est-il jamais arrivé de ne pouvoir vous sortir quelque chose de la tête ? Ou peut-être était-ce quelqu’un ? Pour Noam, la nuance était particulièrement faible puisqu’il ne pouvait cesser d’imaginer ses lèvres capturant avidement celle de Misha. Alors que ce soit le jeune homme ou le baiser qui l’obsédait à ce point, cela revenait au même, non ? Jamais il n’avait désiré quelque chose à ce point… C’était cruel de devoir ainsi se priver du goût parfumé de ses lèvres et de leur douceur enivrante… Stop ! Il devait se concentrer à tout prix. Comment pourrait-il à nouveau le regarder en face alors qu’il fantasmait sur leur baiser en regardant leurs pieds ? C’était ridicule, il faut bien l’avouer, mais pour être honnête, il se sentait bien trop perdu pour être raisonnable. Toute sa force était concentrée dans un seul et même combat : ne pas s’emparer de ses lèvres avec cette passion ardente qui lui brûlait les veines. Une passion si puissante qu’elle était presque douloureuse… Bon sang, comment pouvait-il avoir une telle emprise sur lui... lui faire autant d’effet ? C’était inhumain, non ? Un crime, même. Le plus beau des crimes. À cette pensée, ses joues rosirent à nouveau. À croire que c’était devenu une habitude à présent, dès que le jeune homme se trouvait dans les parages. « T’en fais pas…J’ai un équilibre de merde mais t’es un super cavalier, je risque pas de tomber. Et puis je voudrai pas t’écraser les pieds. » Déstabilisé, Noam commit l’irréparable et releva les yeux vers le visage de son cavalier. Instantanément, son regard effleura ses lèvres et une douce chaleur se répandit dans tout son corps. Non, il devait pas céder. Il devait se concentrer sur les paroles de Misha. Bien qu’elles ne lui apportaient pas vraiment une bonne nouvelle… En effet, le profane n’aimait pas son idée apparemment. Gêné et déçu, l’apprenti gardien se mordit légèrement la lèvre. Pourquoi refusait-il ? Est-ce qu’il lui en voulait à ce point ? Bien sûr, il lui avait dit également qu’il était “un super cavalier”, mais toute cette tournure, ce n’était qu’une jolie façon de refuser, n’est-ce pas ? Malgré lui, une boule se forma dans sa gorge alors qu’il sentait que la situation était en train de lui échapper. À coup sûr, le désastre était proche. Et il ne savait pas encore à quel point, il avait raison… Sans qu’il n’ait pu faire le moindre geste, son cavalier s’était déjà libéré de son étreinte, le repoussant alors que son cœur ratait un battement. Non, pas ça ! non… Pourquoi ? « Excuses moi. J’ai fais une connerie (une de plus). Déjà, je n’aurais pas dut venir. » Et voilà, la sentence était enfin tombée… Misha regrettait ce qui s’était passé. Si lui ne pouvait s’empêcher de penser à l’emprise envoûtante de ce baiser, le jeune homme quant à lui regrettait même de s’être rendu à la soirée. Est-ce que ça aurait réellement pu plus mal tourner ? Il ne préférait ne pas lancer de pari. De peur que ses pires craintes ne finissent par se réaliser. C’était un véritable cauchemar… « On ferait peut-être mieux d’en rester là pour ce soir. Pardon, excuses moi. » Décidément, chaque parole prononcée était pire que la précédente et Noam avait peu à peu l’impression atroce de suffoquer… Pourtant, il respirait encore, mais l’air lui manquait tout de même. Parce que Misha était en train de le rejeter et qu’il restait planté là, incapable de dire un mot tant la douleur était intense. Au fond, peut-être que ce baiser n’était qu’un test afin de savoir ce qu’il ressentait et il avait lamentablement échoué, il avait effrayé le jeune homme et jamais plus il ne voudrait se retrouver seul avec lui. Pitié... pourvu que cet enfer s’arrête immédiatement. C’était vraiment insupportable… Pour la première fois de sa vie, l’élève de la Terre devait faire un effort surhumain afin de pas laisser une larme s’échappéer de son regard. Mais une chose était sûre, il refusait de montrer ainsi sa faiblesse. D’autant plus que cela aurait donné une raison de plus à Misha de prendre la fuite et la situation était déjà assez critique comme ça… « Si je reste, ça va encore mal tourné. C’est pas contre toi. » Le jeune homme n’osait même plus le regarder. Et à vrai dire, Noam détournait également le regard aussi souvent que possible, ne supportant plus de faire face à la réalité. Pourtant, au fond de lui il avait toujours su que ça se terminerait de cette façon mais il s’était voilé la face. Parce que c’était la première fois qu’il ressentait ça et que c’était bien trop dur à gérer pour lui. Mais à présent, les mots du jeune profane étaient clairs… Il craignait que Noam ne dérape encore et n’exprime à nouveau une passion si… démesurée. Certes, Misha avait tenté de l’épargner avec le célébrissime “ce n’est pas contre toi” c’était ce qui venait derrière le “ce n’est pas toi, c’est moi”, non ? c’était pathétique. Il était pathétique. Et il ne bougeait pas, comme un imbécile. Pourquoi restait-il là sans dire un mot ? Comment osait-il rester si passif ? Mais bordel, c’était la personne qu’il aimait qui était en train de lui filer entre les doigts ! Si il ne réagissait pas très vite, il ne pourrait même plus être son ami…

La silhouette de Misha s’éloignait déjà en direction des tables alors que Noam n’avait toujours pas bougé d’un millimètre. Il était comme paralysé par une douleur insurmontable. Parce qu’il avait beau s’y être préparé, c’était plus douloureux que tout ce qu’il avait pu imaginer… Mais il ne pouvait pas rester inactif, ni même baisser les bras. Il l’aimait. Jusque-là, il n’avait pas su se l’avouer, ni même osé le penser, mais si il ne l’aimait pas alors d’où venait cette douleur ? Elle ne pouvait trouver d’autre source qu’un amour qu’il n’avait jamais été capable d’éprouver auparavant. Mais si il ne pouvait être avec lui, si il ne pouvait être aimé en retour, ce n’était pas une raison pour perdre à jamais ces moments qu’ils avaient partagé, en toute amitié. Rien que pour ça, pour le plaisir d’être avec lui, de le voir, même si pour cela il devait étouffer ses sentiments, il était prêt à prendre encore quelques risques. Alors, rassemblant tout son courage, il bougea enfin et il suivit le même chemin que Misha avant de poser sa main sur son épaule. « Pardonne-moi… Je ne voulais pas tout gâcher, ni même te pousser à partir… » Ses mots étaient vains, il le savait. Et si il l’avait rattrapé de cette façon, ce n’était pas pour le convaincre de quoi que ce soit et surtout pas de l’aimer… Non, il avait simplement espéré pouvoir récupérer ce qu’il restait de leur complicité, de leur amitié. « Je sais que tout ça était une mauvaise idée et j’espère que tu m’excuseras… » Qu’est-ce qu’il faisait là ? Pourquoi tournait-il autour du pot ? Soudain nerveux, il en perdait quelque peu ses moyens, doutant de plus en plus du succès de ce qu’il s’apprêtait à faire. Néanmoins, si il ne tentait pas, il ne pourrait jamais être fixé. Dans le pire des cas, Misha refuserait et alors, il saurait qu’il ne restait plus grand chose de leur lien… « Si tu préfères partir, je comprendrais mais… si tu veux visiter un peu ma Tour, puisque ce soir elle est vide, c’est vraiment la meilleure occasion. Mais tu n’es pas obligé d’accepter... en fait, je préfère te laisser réfléchir seul, comme ça si tu veux partir, tu n’auras même pas d’excuses à me donner, je serais déjà parti. En revanche si ça te tente, je t’attendrai à l’entrée de ma Tour. Il te suffit d’aller à l’Ouest et c’est l’escalier qui est recouvert de végétation, tu verras, il est facile à trouver. » Sans lui laisser le temps de refuser sa proposition tout de suite, Noam lui adressa un dernier sourire avant de se détourner de lui, traversant la salle de bal d’un pas souple. En apparence, il ne semblait pas réellement différent et pourtant, intérieurement, il ne s’était jamais senti si…détruit. Cependant, il méritait ce qui venait de se passer. Parce que Misha était trop bien pour lui et que lui, il était déjà fiancé à quelqu’un d’autre… Une femme qui plus est. Si il avait été vraiment libre, peut-être que les choses auraient été différentes. Oui, peut-être se serait-il autorisé une autre attitude.
Secrètement, il espérait que ses plans pour se libérer de ce mariage aboutiraient. De toute façon, l’échec n’était pas envisageable… Comment pourrait-il accepter de gâcher sa vie de cette manière ? Une vie de solitude, de mondanités, le tout sans véritable amour… Une vie qui excluait Misha. Les larmes lui montèrent aux yeux alors qu’il traversait le couloir en direction de sa Tour, mais il les essuya rageusement, ne s’autorisant pas un tel abattement ; pas maintenant, il n’en avait pas encore le droit. Pour le moment, il ne devait pas encore baisser les bras, car si le jeune homme ne partageait pas ses sentiments, il accepterait peut-être de rester son ami. Cela pouvait sembler dérisoire mais Noam se raccrochait à la moindre perspective qui lui permettrait encore de le voir, de partager un peu de complicité avec lui. De toute façon que pouvait-il lui offrir de plus ?
Gravir ses escaliers si familieux fut rapide en définitive et une fois en haut, il regretta amèrement de ne pas avoir marché plus lentement… En effet, maintenant qu’il était au point de rendez-vous, il se retrouvait brusquement démuni. Il ne restait plus que le cruel moment de l’attente. Appuyé contre le mur, il ferma les yeux, essayant de calmer son cœur qui battait douloureusement contre sa poitrine, lui rappelant que la plaie était toujours là et qu’il aurait le plus grand mal à la faire cicatriser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Misha A. Denvers

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 93
â g e : 24
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Love Long Distance ♥   Mer 10 Nov - 21:14


Décidément, c’était de pire en pire. Quel crétin. Misha s’en voulait d’être venu. Il aurait dut rester à sa place pour une fois, ne pas chercher à jouer avec le feu (aha le jeu de mot ~), ne pas chercher à voir Noam. Car même s’il avait du mal à se l’avouer, c’était pourtant bel et bien pour ça qu’il était venu se soir. Dans l’espoir de voir l’élève de terre dans son plus bel apparat, même s’il n’avait ne serait-ce qu’imaginer que la soirée tournerait ainsi. Il avait encore le goût de ses lèvres sur les siennes, mêlé au champagne. Encore heureux qu’il s’était enfui. Parce que s’il ne l’avait pas fait, il serait encore là, en train de l’embrasser comme un alcoolique qui s’accroche à sa bouteille. Maintenant qu’il y avait goûté, il lui semblait impossible d’y renoncer…et pourtant il le devait.
Reposant sa coupe de champagne vide sur la table, un nouveau frisson le parcourut lorsqu’il sentit la main de Noam sur son épaule. Il sut que c’était la sienne sans même se retourner. Ce toucher… ce simple toucher lui poussait au bord d’un gouffre, il avait cette désagréable impression de tomber. « Pardonne-moi… Je ne voulais pas tout gâcher, ni même te pousser à partir… » Ce n’était pas toi, abruti ! Ce n’est pas toi qui s’est penché pour embrasser l’autre… Le cœur du profane se serra quand il se rendit compte que Noam se jetait la pierre. Pensait-il vraiment que c’était sa faute ? Que Misha était partit parce qu’il avait dérapé ? N’importe quoi. C’était de sa faute à lui, et le jeune homme s’en voulait à mort, sans pour autant pouvoir dire quoique ce soit. Le souffle lui manquait… « Je sais que tout ça était une mauvaise idée et j’espère que tu m’excuseras… » Si l’instant n’avait pas été si douloureux, Misha en aurait presque rit. Une mauvaise idée… oui, l’embrasser avait été une mauvaise idée. Il ne fallait pas qu’il sache les sentiments que le profane nourrissait à son égard… comme s’il pouvait espérer quoique ce soit avec Noam. Lui, un gosse de 17 ans. Comme si Noam voulait de lui. Aller, mec, t’es un homme ou pas ? Reprends toi, calmes ton cœur, ce n’est rien tout ça. Juste une soirée foireuse où tu as foutu un vent à la personne que tu aimais le plus au monde. Franchement… c’est rien. « Si tu préfères partir, je comprendrais mais… si tu veux visiter un peu ma Tour, puisque ce soir elle est vide, c’est vraiment la meilleure occasion. Mais tu n’es pas obligé d’accepter... en fait, je préfère te laisser réfléchir seul, comme ça si tu veux partir, tu n’auras même pas d’excuses à me donner, je serais déjà parti. En revanche si ça te tente, je t’attendrai à l’entrée de ma Tour. Il te suffit d’aller à l’Ouest et c’est l’escalier qui est recouvert de végétation, tu verras, il est facile à trouver. »
Et avant que le profane n’ait put répondre quoique ce soit, Noam s’éclipsait déjà. Misha avait à peine compris un mot sur deux à ce que l’élève de terre lui avait dit, trop occuper à admirer ses lèvres bouger, si attirantes, si sensuelles… Merde, où allait-il ? Qu’avait-il dit ?!? Tour, visiter, occasion, accepter, réfléchir, seule, partir, donner, escalier…. Merde merde merde. Fallait reconstituer les phrases et c’était pas du gâteau. Les yeux rivés sur sa silhouette qui sortait de la salle, Misha sentit un immense vide en lui dès que cette dernière disparue et son cœur loupa un battement. Il s’était senti tellement étrange en présence de l’élève… Pensait-il vraiment que c’était sa faute ? Tout ça ne pouvait pas être un jeu. Ça allait trop loin, ça semblait trop sincère. Misha avait toujours eut horreur de se faire des illusions… Il s’en était sans doute trop fait auparavant, la vie lui avait rapidement démontré que ça ne servait à rien. Mieux valait s’en défaire. Noam ne l’aimait pas. C’était impossible, point barre. Pas besoin de polémiquer trente heures là dessus… Mais alors à quoi rimait ce comportement ? Il ne manquait plus que la phrase typique que l’on sortait quand on venait de se prendre un râteau par la personne qu’on aime : on reste ami, hin ? Bien sur. Mais si Noam ne l’aimait pas alors il n’y avait pas besoin de dire ça, alors pourquoi !?!?
La tête lui tourna un instant sans qu’il ne sache pourquoi. Merde, voilà qu’il avait bu son verre de champagne trop vite. Les bulles lui étaient montées à la tête ou quoi ? Totalement perdu, se confondant dans des idées qui lui paraissaient toutes plus grotesques les unes que les autres, Misha ne vit pas l’élève arriver dans son dos. Il sentit juste un bras se glisser autour de ses hanches alors qu’on le retournait sans ménagement. Ce n’était évidemment pas Noam, même si l’espace d’un centième de seconde il l’avait envisagé. Non, en réalité, c’était un inconnu qui n’en était apparemment pas à son premier verre d’alcool de la soirée. Shit. Misha avait failli perdre l’équilibre alors qu’il faisait face à l’individu. « L’homme de ta vie t’a abandonné on dirait. Je peux peut-être le remplacer ? » Il eut un sourire charmant, mais le profane grimaça intérieurement. Il avait horreur d’une telle entrée en matière. Il le prenait pour quoi ? Un bon coup ? Qu’il aille se faire foutre. Et appeler Noam « l’homme de sa vie » n’était bien évidemment pas la meilleure chose à faire pour entrer dans les bonnes grâces du jeune homme. « Non merci. » Répondit-il simplement. Poli, calme. Parfaitement clair. Ça ne suffit malheureusement pas à détourner les ardeurs de son interlocuteur. « Non mais tu sais, je me fou pas de ta gueule hin, je suis gay moi aussi, je peux vraiment m’occuper de toi ce soir, t’es trooop mignon. » Fiche moi la paix, enfoiré pervers ! Avait envie de lui hurler Misha au visage, il tenta de se dégager mais l’emprise du bras autour de ses hanches l’en empêcha. Merde, merde merde et re-merde. « Je m’appelle Aleksei, mais tu peux m’appeler Alex, et toi ?. » Cette fois c’était trop. Se dégageant brusquement de son bras, Misha lâcha d’une voix glaciale : « Ecoutes moi, ton prénom j’en ai rien à foutre, je préfère encore branler le pape plutôt que de passer ma soirée avec toi, alors t’es gentil tu me lâches et tu vas aller fourrer ton appareil ailleurs que dans mon cul. » Ok, c’était un peu hard là. Misha dérapait rarement d’une telle manière, d’ordinaire il restait poli et raisonnable dans ses propos, mais le fait que le dénommé Alex ait ainsi nommé Noam mettait ses nerfs à fleur de peau. Ce n’était franchement pas le moment de l’aborder, alors qu’il cherchait à reconstituer les paroles de l’élève de terre pour comprendre ce que ce dernier attendait de lui. Putain. Tous les élèves étaient aussi chiant que lui ou il était tombé sur le plus abruti et collant de tous ? « Wowowow calmes toi l’asticot ! J’te demandais juste ton prénom c’est pas la peine de t’énerver. Je t’excite c’est ça ? (a) » Misha leva les yeux au ciel et s’écarta aussi loin que pouvait lui permettre le minuscule espace qu’il s’était fait entre les tables pour pouvoir boire son verre de champagne tranquillement. Rester calme…. Zeeeen… Et dire que quelque part Noam devait l’attendre. Pitié, si dieu existe qu’il fasse quelque chose ! « Alors, ton prénom ? » « Anaël. » Son cœur loupa un battement. Pourquoi avait-il sorti ce prénom ? Il n’avait vraiment rien d’autre à proposer que cette connerie ? Pitoyable. « Anaël ! Trop chou comme prénom, ça fait petite chose fragile, aller va je veux bien être ton prince charmant tout feu tout flamme, tu veux pas me laisser te sauver ?!? » Voyant que l’élève s’apprêtait à repartir à l’assaut Misha prit sa décision en moins de 1 secondes. Si Noam lui avait donné rendez-vous à la tour de terre, alors il allait y aller, peu importe les conséquences. Il pensait que c’était ça, mais il avait encore peur de s’être trompé… et si les mots de l’élève de terre signifiaient autre chose ? Après tout, il n’en avait entendu qu’un sur deux… il ne voulait pas que quelque part, Noam l’attende en vain, c’était trop cruel. Et puis ça serait toujours mieux que de se faire aborder par le moindre poivrot homo de la salle. Offrant à Alekseï un regard charmant, Misha lui tourna le dos et s’éclipsa dans la foule, traversant la piste de danse à grands pas. La tour de Terre. Où était-ce ? Qu’avait-il dit à ce sujet déjà ? L’ouest. C’était à gauche. Il tourna immédiatement dès la sortie de la salle. Il croisa plusieurs couples qui se bécotaient dans des coins sombres alors qu’il s’éloignait le plus discrètement possible. Et si Noam lui avait donné rendez-vous pour poursuivre ce qu’ils avaient commencé en dansant ? Misha frémit, et il ne savait si c’était de peur ou de désir. Peur que l’élève de terre ne se joue de lui…et de désir…ça faisait longtemps qu’il ne se demandait plus pourquoi. Si seulement Noam éprouvait ne serait-ce qu’un soupçon d’intérêt pour lui…
Un escalier recouvert de végétaux, c’était ça ? Il se retrouva devant sans même s’en rendre compte, ignorant totalement le temps qu’il avait passé à marcher dans les dédales. Dingue, cette école était vraiment un château, ça devait être tellement dur de s’y retrouver au début. Combien de fois le profane ne s’était-il pas perdu ? La première fois, il était tombé sur Noam… ll déglutit et gravit les marches, les yeux rivés sur le sol. Ce ne fut qu’une fois arrivé en haut qu’il se rendit compte que l’élève de terre était là, adossé à un mur. Effroyablement attirant. « Bouh ! » Lâcha t’il pour briser le silence, d’une voix un peu incertaine, alors que leurs regards se croisaient. Que pouvait bien lire Noam dans le sien ? Misha se rapprocha. Quelque part, il avait l’impression d’entendre un voyant s’allumer, du genre bipbip rouge alerte générale pour signifier un danger. Car se poster si prêt de Noam était dangereux. Surtout après ce qui venait de se passer. « Excuses moi, j’ai mis du temps, un abruti m’a adressé la parole <_< Alekseï je sais pas si tu connais, il était drôlement bien torché. » Le profane eut un rire bref. Tout ce qu’il voulait, c’était détendre l’atmosphère. Il ne voulait pas que Noam se sente coupable de ce qui s’était produit tout à l’heure…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


________________________
Contenu sponsorisé


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: Love Long Distance ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love Long Distance ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bewitching ; la tentation du feu. :: Bewitching vous ouvre ses portes. :: La Tour Ouest.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit