AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 En attendant tu m'exaspères, petite garce sous tes grands airs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

________________________
Eden S. Erichsen

Elève Eau
j'apprends le chant majestueux des lacs.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 72
â g e : 28
t o u r : Eau
t o t e m : Pingouin
a n n é e : Sixième
a r r i v é e : 10/10/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: En attendant tu m'exaspères, petite garce sous tes grands airs   Sam 23 Oct - 18:52

Eden se trouvait dans une pièce des sous-sols de la Tour Sud, la tour de l’Eau. A vrai dire, elle était assise au bord de l’eau, les pieds trempants dans la piscine. Il y faisait sombre, juste assez clair pour que la jeune femme puisse relire les notes qu’elle avait prise quelques jours plus tôt durant le cours du professeur Blackmore. Elle ne craignait pas que les feuilles n’échouent dans l’eau. Et même si c’était le cas, elle aurait vite fait de les sécher. Elle avait l’habitude de venir ici assez souvent, dans les heures où il y avait le moins de monde. Ainsi perchée au bord du bassin, elle conciliait son ancienne et sa nouvelle vie. Elle ne pourrait plus jamais être championne de natation. Ça lui avait été enlevé le jour où elle avait trop forcé sur son muscle endommagé par un ancien accident de ski. Le jour où elle avait accepté Allegra dans sa tête, dans son corps. La blonde de l’eau ferma les paupières un bref instant en se rappelant ce souvenir. Il n’était pas des plus agréables, bien au contraire. Un pingouin ! Bah ! Elle secoua la tête et ouvrit les yeux. Son regard se perdit un instant dans les reflets dorés que projetaient les bougies sur la surface aqueuse. Tapotant son bloc de feuilles du bout de son crayon de papier, elle se disait que, maintenant, elle était différente. Toujours un peu celle qu’elle avait été, mais terriblement différente tout de même. Elle s’était plongée dans ses études à son arrivée, ne trouvant pas d’autre occupation auprès de ses camarades… jusqu’à ce qu’elle ne fasse la rencontre de Galathéa. Galathéa… Un sourire orna ses lèvres alors qu’elle penchait, presque timidement, la tête sur ses cours.

Là, il y avait quelque chose qu’elle n’arrivait pas à saisir. Avait-elle oublié un mot dans sa phrase ? Mal compris ce que le professeur avait expliqué ? Son crayon battait de plus en plus fort le coin des feuilles alors qu’elle se creusait la cervelle pour faire appel à sa mémoire. Avec un soupir las, elle laissa tomber. Elle ne parviendrait pas à se souvenir. Jetant un regard mauvais à la piscine, comme si c’était la faute à sa nostalgie, elle se leva et enfila rapidement ses tongs sans même prendre garde à sécher ses pieds. Glissant son bloc dans son sac en bandoulière qu’elle passa sur son épaule, elle quitta la pièce sans un mot. Ses pas clapotaient sur le sol de pierre de l’école. Elle ne laissait guère plus que quelques gouttes dans son sillage mais elle s’en fichait bien. Le nez levé, fière, elle s'apprêtait à affronter le professeur qui lui ouvrirait la porte de la salle qui leur était réservée. Vêtue d’à peine une petite robe légère qu’elle aurait encore pu porter au Texas en plein mois de Novembre, ici, elle paraissait diablement décalée… ou horriblement osée. Mais pour une fois, Eden n’avait pas froid. Non, elle était bien trop concentrée pour préparer son plaidoyer et réussir à entrer dans la salle pour s’entretenir avec le professeur Blackmore.

Elle arriva bien vite devant la fameuse porte. Ses cheveux étaient légèrement en bataille, quelques mèches n’étant pas du bon côté, elle s’était également empourprée suite à la marche soutenue qu’elle avait faite pour arriver jusqu’ici, boitant légèrement d’avoir trop forcé. Mais elle s’en fichait. Elle donna deux petits coups pourtant bien audible. Le battant s’ouvrit sur une professeur qu’elle ne connaissait vaguement que de vue. “Oui ?” demanda la femme. Eden inspira une grande goulée d’air frais. “Le professeur Blackmore est-il là ?” “Avez-vous un rendez-vous, jeune fille ?” Le regard de la Gardienne de l’Eau se glaça. Jeune fille ! Elle avait tout de même vingt-et-un ans ! Elle planta son regard teinté d’acier dans celui de la professeur. “Non, mais j’ai vraiment besoin de m’entretenir avec lui.” Eden levait le menton, comme pour la défier de refuser. “Je suis désolée, mademoiselle, mais vous savez que ce n’est pas possible de voir l’un des professeurs sans avoir de rendez-vous.” “Je suis Eden Sophia Erichsen, alors veuillez prévenir le professeur Blackmore que je souhaite le voir.” La plupart des professeurs la connaissaient. Elle était l’une des meilleures de sa génération. L’une des plus douées, des plus futées, des plus prometteuses. Mais il ne semblait pourtant pas que cette femme-là la connaisse. “Et bien, je suis désolée, Miss Erichsen, mais ça ne change rien.” Le ton de son interlocutrice se faisait de plus en plus agacé face à cette élève qui voulait défier l’une des règles. Eden leva les yeux vers le plafond en poussant un petit soupir. Elle ferma les yeux un bref instant pour se reprendre et ne pas céder à une colère inutile. Elle s’arma de son plus beau sourire et battit des paupières. “S’il vous plaît, Madame. C’est vraiment très important.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Henry J. Blackmore

Professeur
j'enseigne la Magie Noire.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 30
â g e : 49
t o u r : Ancien du Feu
t o t e m : Cobra
a r r i v é e : 02/10/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En attendant tu m'exaspères, petite garce sous tes grands airs   Sam 23 Oct - 19:45

Jambes croisées sur la table, le Professeur Blackmore réfléchissait en observant le tableau noir de la salle des professeurs. Que faire ? Sa vie n’était qu’une souffrance continue, et il en avait assez de faire souffrir son entourage par son comportement. Le sucide était la meilleure des solutions… Encore faudrait il en avoir le courage. Et puis quoi ? Après la mort il y a quoi. Après la mort il y a rien. Henry sentit son Totem tressaillir.

« Tu te concentres trop sssur ta ssssoufrance Henry. Concentre toi plutôt sur ta fonction et sssur tes cours. Tu aimes ce que tu enssseignes. Tu aimes le myssstère. Plus tu te concentreras sssur le mysssère, plus tu te sssentiras mieux. »


« Merci Samaël. Si Mick Jagger demandait un bon psycologue, je te recommenderai ! »


« Toujours à fuir derrière l’ironie et le sssadisssme. Tu m’ennuis Henry. »


Le Professeur Blackmore grimaça quand il sentit son totem se refermer à lui. Il avait horreur de ça. Il se sentait mis à nu.
Sa douleur au maximum, il se leva vers la machine à café pour aller en prendre un. Sa canne s’envola et atteignit sa main par une simple extension de sa pensée.
La salle était quasiment vide, hormis la Professeur de Runes qui n’arrêtait pas de lui lancer des regards aguicheurs depuis tout à l’heure.
Il ne l’aimait pas. Trop sûre d’elle, trop bête et trop pathétique. Elle n’était que l’idiotie incarnée, et Henry se demandait encore comment elle avait atterrit professeur ici.
Il commença à se servir, lui tournant le dos. Ses yeux étaient sur ce dernier et ça commencé sérieusement à l’énerver. Il fallait qu’il réfléchisse, qu’il se trouve une énigme à résoudre si il ne voulait pas se mettre en colère et mettre plus bas que terre cette femme.
Il regarda par la fenêtre. Il songea à son cours. Il avait parlé des Invocations Mayas, lors de son cours spéciale avec les Septièmes années. Mais un élève lui avait posé un question pertinente… Pourquoi les Mayas étaient-ils tous mort sans laisser d’explications sur le pourquoi et le comment de la nécessité de ses Invocations ?
Peut être étaient elles dangereuses… Peut être que les Invocations avaient fini par consumer tout les Mayas…
Le visage du jeune homme revint à l’esprit de Henry. Il était typé. Il était mexicain. Avec le sourire de quelqu’un qui vient de trouver sa petite énigme, il se retourna vers la salle, buvant son café. S’était simple en fait.
Le garçon connaissait le pourquoi du comment. Il voulait juste s’assurer que même un des plus grands Professeurs de Magie Noire ne soit pas au courant. Très intelligent… Il n’avait plus qu’à droguer et torturer l’élève pour avoir les informations. Le mystère serait résolu.
Henry pencha la tête. La petite Professeur cochonne était en train maintenant de discuter avec une de ses élèves. Eden Erichsen… La Professeur parlait d’un ton rapide et agacé, comme si elle essayait que la jeune fille dégage le plus rapidement possible. Comme si elle était énervée d’être interrompue dans sa chasse au mâle…
Henry posa la tasse et se mit à boiter énergiquement vers l’entrée de la salle des professeurs. Il appuya sa canne contre la porte. Cette dernière s’ouvrit largement et laissa visible la silhouette du Professeur. Il y eut un silence. Henry regarda Eden, puis le Professeur Harath.
« Très belle tenue Miss Erichsen. Ca fait ressortir vos magnifiques seins, et on peut aussi imaginer vos fesses à la perfection. De toute évidence, que ce soit vos seins, ou vos fesses, elles sont beaucoup plus agréable à regarder que celle de Madame Harath ! »

Il y eut un long silence. Henry fit un sourire dément et ricana. Il se tourna vers le Professeur de Runes anciennes.

« Et depuis quand, les élèves n’ont plus le droit de voir en personne leurs Professeurs chéris qu’ils vénèrent depuis leur première année. Vous imaginez pas que vous avez peut être brisé les rêve de cette demoiselle ! Si ca se trouve elle a fait un totem de prière à mon effigie dans un savon ! Non, c’est inadmissible que vous mes laissiez perdre des fidèles, oh déesse Harath de la bêtise mondiale. »


Sur ses paroles vraiment moqueuses, il s’inclina dans un faux-semblant de respect. Il sentit son totem ricaner au petit spectacle. Le Professeur de Runes s’empourpra et quitta la salle, dans un bruit de talon furieux.
Henry la regarda partir en lui regardant les fesses. Il tourna ensuite la tête vers Eden. Un sourire charmeur et complice se dessina sur son visage.

« Vous avez intérêt à ce que votre raison soit bonne miss Erichsen. Vous m’avez fait perdre un coup d’une nuit ! »
Il fit tourner sa canne en fixant la jeune fille de ses yeux bleus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Eden S. Erichsen

Elève Eau
j'apprends le chant majestueux des lacs.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 72
â g e : 28
t o u r : Eau
t o t e m : Pingouin
a n n é e : Sixième
a r r i v é e : 10/10/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En attendant tu m'exaspères, petite garce sous tes grands airs   Sam 23 Oct - 20:23

Finalement, la porte de la salle des professeurs s’ouvrit un peu plus. Dans le fond de la salle, Eden remarqua un tableau noir avec quelques annotations dessus. De là où elle était, elle ne parvenait à déchiffrer ce qui était noté, d’autant plus que le professeur Blackmore prenait presque toute la place dans l’embrasure de la porte. Sans oublier cette autre professeur qui lui tapait sur le système. Le regard de la Gardienne de l’eau se posa sur l’homme qui se tenait maintenant devant elle. Sa barbe de quelques jours lui allait plutôt bien. Non pas qu’elle ait un quelconque béguin pour son prof de Magie Noire, ça non ! Galathéa était bien suffisante dans sa vie. Elle l’aimait et elle n’avait besoin de personne d’autre. Cependant, alors que beaucoup voyait en cet homme un reclus de la société, un paria, un ex-drogué ou que sais-je encore, Eden se sentait relativement proche de lui. Tout comme lui, elle boitait — dans une moindre mesure, mais quand même — elle pouvait se faire une idée de la douleur qu’il pouvait ressentir à chaque pas. Telle que celle qui lui vrillait toute la jambe actuellement. La jeune femme se mordilla légèrement la lèvre inférieure en changeant de pied d’appui afin de tenter de soulager la douleur. A la venue de Blackmore, la professeur de Runes se tut, laissant un silence assez tendu entre le trio. “Très belle tenue Miss Erichsen. Ca fait ressortir vos magnifiques seins, et on peut aussi imaginer vos fesses à la perfection. De toute évidence, que ce soit vos seins, ou vos fesses, elles sont beaucoup plus agréable à regarder que celle de Madame Harath !” Eden leva le menton une nouvelle fois, décocha un sourire triomphant à son adversaire. Avant de se rendre compte des propos qu’avaient tenu Monsieur Blackmore. Elle fronça alors les sourcils et lui jeta un regard qui se voulait noir sans pour autant l’être totalement, par respect — et peut-être un peu par crainte de représailles. Et puis, de toute façon, elle savait bien que sa tenue était un peu osée… et que Henry Blackmore sautait toujours sur l’occasion de sortir une allusion graveleuse.

Le professeur aux cheveux grisonnants ricana alors comme s’il avait raconté une bonne blague. Eden décida de laisser passer la tirade de son aîné pour se concentrer sur la conversation qui se poursuivait. “Et depuis quand, les élèves n’ont plus le droit de voir en personne leurs Professeurs chéris qu’ils vénèrent depuis leur première année. Vous imaginez pas que vous avez peut être brisé les rêve de cette demoiselle ! Si ca se trouve elle a fait un totem de prière à mon effigie dans un savon ! Non, c’est inadmissible que vous mes laissiez perdre des fidèles, oh déesse Harath de la bêtise mondiale.” Un sourire amusé flotta sur les lèvres de la blondinette. Si elle n’avait pas été en face de deux professeurs — dont l’un la foudroyait du regard — elle aurait bien éclaté de rire. Sous une courbette feinte de la part du professeur de magie noire, sa collègue s’en fut à de grandes enjambées furieuses, ses talons claquant sur le sol, battant le tempo de sa rage. Eden la suivit du regard un instant, en se retournant à demi, observant cette femme pourtant si ravissante et terriblement belle dans sa rage. Lorsque l’étudiante regarda à nouveau Blackmore, leurs regards se croisèrent et le même sourire s’afficha sur leurs lèvres. “Vous avez intérêt à ce que votre raison soit bonne miss Erichsen. Vous m’avez fait perdre un coup d’une nuit !” Cette fois, Eden ne put retenir un rire cristallin de s’échapper d’entre ses lèvres. On aurait presque dit le chant d’une rivière après un grand jour de pluie. “Je crois qu’elle vous a énervée tout autant qu’elle l’a fait avec moi… Mais, ne vous inquiétez pas, si elle veut vraiment de vous, je puis vous dire qu’elle ne laissera pas tomber si facilement !”

Lui rendant son regard, ne jetant qu’un bref coup d’oeil à la canne qui tournait entre les mains de son instructeur, Eden reprit son sérieux. Elle se souvenait encore des quelques semaines qu’elle avait passées, entre son initiation et son entrée à Bewitching… Elle avait du marcher avec des béquilles, puis avec une canne, avant que ça n’aille mieux. “Mais nous ne sommes pas là pour parler de votre sexualité… J’étais en train de relire mes notes sur votre dernier cours, quand je me suis rendue compte qu’il y avait une partie que je ne saisissais pas…” La jeune femme se pencha légèrement pour aller pêcher son bloc de feuilles dans son sac puis elle se redressa. Elle resta silencieuse un instant avant de faire une petite moue. “Avez-vous l’intention de me laisser entrer, ou continuons-nous de discuter sur le pas de la porte ?” Et oui, Eden pouvait parfois être aussi franche et directe qu’un stalactite qui vous coupe en deux en se décrochant d’une voûte. Elle afficha tout de même un sourire poli au professeur de Magie Noire. En fait, si elle avait énoncé sa demande sur le ton de l’humour, elle espérait vraiment que Blackmore ne l’invite à venir s’asseoir pour qu’elle lui explique son problème… Sinon, elle ne donnerait pas cher de son genou déjà affaibli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


________________________
Contenu sponsorisé


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: En attendant tu m'exaspères, petite garce sous tes grands airs   

Revenir en haut Aller en bas
 

En attendant tu m'exaspères, petite garce sous tes grands airs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bewitching ; la tentation du feu. :: Bewitching vous ouvre ses portes. :: La Tour Elémentaire. :: Salle des Professeurs.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit