AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 La seule vraie tristesse est dans l'absence de désir. ( C-F Ramuz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

________________________
Dante Valentine

Elève Feu
j'apprends à rôtir les autres à la broche.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 117
â g e : 26
t o u r : Feu
t o t e m : Léopard
a n n é e : Cinquième
a r r i v é e : 21/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: La seule vraie tristesse est dans l'absence de désir. ( C-F Ramuz)   Mer 3 Nov - 5:25

_Tu fumes trop Dante!
_J't'emmerde Devon!
_Ouai comme d'hab quoi. Enfin c'est vrai quoi c'est l'anniversaire de Sheva, y a tout le monde et toi tu restes a la fenêtre depuis 20 minutes avec ton pétard -qui s'est éteint d'ailleurs- non mais j'te jure... Ca te tuerait de prêter un peu d'attention aux autres de temps en temps?
_... Ca me dit rien la pour l'instant.
_Putain Dante allez fais au moins un effort!!! Viens on va prendre une bière.

Devon, élève de sixième année qui se préoccupait un peu trop de Dante et pas assez de lui. Cet éternel coureur de jupons voulait tellement que Dante retrouve une relation qu'il n'avait plus lui-même couché avec une fille depuis quelques mois, ca peut paraitre anodin dit comme ça mais pour Devon c'est un véritable évènement! Il prit Dante par l'épaule et le tira de la fenêtre ou il était accoudé depuis quelques minutes et non la vingtaine exagérée de son camarade.

Il y avait du monde en effet, Dante et Devon prirent une bière et se jetèrent sur les deux premières chaises de libres. A peine furent-ils assis a boire leur minimum syndical d'alcool en soirée que Devon réengagea la charge:

_Allez amuse-toi bordel. Ca fait combien de temps que t'as plus couché avec une fille?
_Euuh ... T'es bien placé pour me parler de ça! Ca fait tellement longtemps que t'as plus dragué de fille qu'on pourrait croire que t'es devenu chaste!
_On s'en fout de moi! C'était quand ta dernière vraie relation? J'crois bien que c'était avec Jill et ca date de l'an dernier!!
_Fermes-la et bois ta bière, j'vais très bien t'occupes pas d'moi! Va plutôt souhaiter un bon anniversaire a Sheva, et profites-en pour le lui souhaiter de ma part, elle est sur le divan.

Devon se retourna pour regarder le divan et la sublime jeune femme a la peau d'ébène qui arrêtait pas de faire la bise a des gens plus ou moins connus. C'est ça les anniversaires!

_Ok mais tu viens avec m... Bah Dante?

Mais Dante s'était déjà levé, apercevant une chevelure blonde bien connue -elle- qui passait devant eux le visage préoccupé et l'air un peu absent. Il fuma tout ce qui restait de son joint d'un seul coup et soufflant doucement dans les volutes de sa propre fumée il s'était redressé, sans trop savoir pourquoi. Elle avait monté les escaliers tandis que Dante se mettait debout et Devon l'interpella.

_Qu'est-ce que tu fous?
_Un effort!

Et il partit monter lui aussi les escaliers qui menaient aux chambres. "_Hey Dante j'me pose la même question que lui... Ou tu va comme ça? _J'sais pas vraiment... On verra bien. _Bien! J'aime cet état d'esprit! _Putain Hitsik ta gueule!" Chambre numéro 2, chambre numéro 2... Dante s'y retrouva bien vite devant. Après tout oui... Pourquoi y allait-il? Il avait tout fait foirer entre elle et lui, le plus dur n'est pas de conquérir une femme, c'est de la garder, et Dante s'était planté sur toute la ligne. Faut dire que bon il avait tout fait pour. D'un naturel maladroit plus dans les mots que dans les gestes, ca lui arrivait souvent de blesser les gens sans le vouloir, et plus il était proche et intime de quelqu'un, plus il y avait de chance pour que Dante blesse profondément la personne. C'est comme ça, il n'aime pas faire du mal aux personnes qu'il apprécie évidemment, mais Dante est un peu un boulet! Son esprit cartésien, sa lucidité, sa philosophie et son perpétuel désabusement faisaient a la longue de Dante un véritable handicapé social. Capable de sympathiser avec tout le monde mais aussi d'avoir de lien avec personne. Ses priorités étant foncièrement différentes du commun des mortels présents dans cette tour, les détails qui lui paraissent donc insignifiants sont souvent des sujets sensibles chez les autres, et vice-versa bien entendu.

Il était sur le seuil de sa chambre. La porte était ouverte mais il n'entra pas. Il vît Jill assise sur son lit et il attendit qu'elle le remarque et qu'elle lève les yeux vers lui pour qu'il lui demande sobrement:

_Je te déranges?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Jill Elaura Wilde

Elève Feu
j'apprends à rôtir les autres à la broche.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 88
â g e : 26
t o u r : Feu
t o t e m : Dragonne Ishanka
a n n é e : 4ème
a r r i v é e : 08/10/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La seule vraie tristesse est dans l'absence de désir. ( C-F Ramuz)   Jeu 4 Nov - 21:06

HJ : c'était super ^^


J’avais passé une soirée de merde. Une foutu soirée de merde, qui avait mal commencée et qui se terminerait sans doute aussi mal. Je n’avais envie de voir personne mais c’était l’anniversaire d’une fille et elle le fêtait dans la salle commune alors j’avais été obligée de faire bonne figure. Je n’avais plutôt pas trop mal réussi, question d’expérience. La raison de ma mauvaise humeur ? Deux gamines de première année avaient commencé une bataille d’eau dans un couloir, et je m’étais fais prendre au milieu de la bataille. Elles avaient passé un sacré mauvais quart d’heure pour m’avoir arrosée, et le résultat final avait été une convocation générale chez le directeur. Nous devions le voir demain à la première heure, avant les cours. Je n’allais pas en fermer l’œil de la nuit. Super, franchement super.

Je retrouvais ma chambre avec un certain soulagement. Mes colocataires n’étaient pas là, sans doute à la fête même si je ne les y avais pas vu. Je n’avais pas essayé d’y voir quelqu’un, en vérité. J’étais entrée, j’avais souri, souhaité un bon anniversaire à la personne concerné, attrapé et vidé un verre, puis j’étais partie en essayant de ne pas avoir l’air trop ennuyée par tant de remue-ménage.

Tu deviens solitaire… a fait une voix dans ma tête

La ferme, Ishanka.

C’est celui qui dit qui l’est. m’a répliqué ma dragonne moqueusement

J’ai essayé de pousser un soupir mais je riais trop pour être crédible. Ishanka et moi, on se disputait tout le temps, étrangement, c’était la seule manière qu’elle avait trouvé pour me remonter le moral. Ensuite, elle essayait de me faire rire et elle y parvenait toujours.

Je n’ai pas envie de faire l’effort de parler à quelqu’un. lui avouai-je

A peine avais-je pensé ses mots que je sentis une présence. Une présence familière. Je relevais les yeux. Je n’avais pas pensé à fermer la porte et Dante se tenait dans l’encadrement de celle-ci. Il m’adressa un sourire et me demanda s’il me dérangeait. Dans ma tête, Ishanka a éclaté de rire et je devinais ce qu’elle allait me dire avant même que ses pensées ne me parviennent :

Pour lui par contre, quelque chose me dit que tu vas faire un effort.

Je lui ordonnais de la fermer, elle rit, et j’adressais un sourire à Dante. Dante et moi, c’était une grande histoire. Une histoire ni très belle ni vraiment moche, juste une aventure que nous avions vécu tout les deux même si parfois je me demandais s’il n’y avait pas que moi qui avait vécu quelque chose avec lui. Je doutais souvent de la réciproque, Dante n’avait jamais eu l’air de vraiment tenir à moi. Mais ce n’avait peut-être toujours été qu’une façade, un faux air de tombeur qu’il se donnait.

Non, tu ne me déranges pas. J’en avais juste un peu marre de l’ambiance qui règne en bas. Je n’avais pas envie de me prendre la tête avec eux ce soir.

Je réalisais trop tard qu’il pourrait croire, à mes paroles, que je le mettais en garde de ne pas me prendre la tête, lui aussi. Ce n’était pas le cas. Il y avait toujours ce petit quelque chose entre nous, quand on se retrouvait dans la même pièce. De mauvaises langues prétendaient que j’étais la dernière fille avec laquelle Dante soit sorti, mais je n’y croyais pas trop. Cela datait de l’année dernière, déjà, et j’avais du mal à croire qu’il ait fait vœux d’abstinence depuis. Quoi qu’il avait pu coucher avec des filles sans être au préalable sorti avec elles.

Cela fait un moment qu’on ne s’est pas retrouvés que tous les deux. ai-je fais

Tu as un instant ? On pourrait discuter ? Ne t’inquiète pas ! Je ne compte pas du tout t’ennuyer avec… de vieilles histoires.

Avais-je vraiment besoin de le préciser ? Dante me connaissait assez pour savoir que je ne faisais jamais dans la nostalgie, et que je préférais aller de l’avant. Jamais je n’aurais eu de conversation « règlement de compte » avec lui, ou avec n’importe lequel de mes ex, d’ailleurs.

Je me suis poussée un peu pour lui laisser de la place sur le lit à côté de moi. Je ne pensais pas qu’il serait gêné de venir s’y asseoir, mais je pouvais me tromper. Il y avait le rebord de la fenêtre, juste à côté, où il préférerait peut-être aller s’installer s’il voulait fumer. Je n’aimais pas cette manie chez lui, mais je n’avais jamais cherché à la lui faire passer. Il m’avait accepté avec mes défauts, même si au final nous avions rompu dans des circonstances un peu floues, alors j’avais accepté les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Dante Valentine

Elève Feu
j'apprends à rôtir les autres à la broche.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 117
â g e : 26
t o u r : Feu
t o t e m : Léopard
a n n é e : Cinquième
a r r i v é e : 21/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La seule vraie tristesse est dans l'absence de désir. ( C-F Ramuz)   Mar 9 Nov - 5:47

_Dante le tombeur is back!!!!! Yeah baby!

_Bordel Hitsik... LA FEEEERME!!!!

Envoyant son alter-égo sur orbite Dante repris le contrôle sur lui-même, ce qui eut pour effet immédiat d'estomper le léger sourire heureux et un peu niais qu'il avait sur le visage. Il reprit cette austérité et cette allure noble et cérémonieuse qui lui étaient coutumières. Il avait toujours été plus ou moins comme ça avec Jill, il avait manqué de spontanéité avec elle. La négligeant au point de gérer sa relation avec elle comme il gérerait son emploi du temps... Oui c'est moche, mais comprenez que Dante n'est pas du genre normal. Depuis son enfance il a été conditionné a considérer les femmes comme du superflu non-nécessaire et non-profitable pour lui-même, et ce sentiment avait été renforcé depuis quelques temps dans cette école.

Ce n'est pas une vision machiste mais plutôt une version traumatisée de la misanthropie, celle-ci s'exercerait uniquement vis-a-vis des femmes. Il est plus a son aise devant dix hommes hostiles plutôt que devant une femme qui tenterait de le séduire. Au moins le combat ca l'connait, les filles... Ben pas vraiment, et ca se ressent. Bref pendant que je vous établis son profil psychologique il se trouve que Jill a répondu a Dante:

Jill Elaura Wilde a écrit:

Non, tu ne me déranges pas. J’en avais juste un peu marre de l’ambiance qui règne en bas. Je n’avais pas envie de me prendre la tête avec eux ce soir.

Il eut un sourire sincère par empathie. Il comprenait, il ressentait la même chose.

Devon avait touché une corde sensible tout a l'heure. Sexuellement parlant, Dante était sans doute l'un des moins chaudards, l'un des moins pervers, et l'un des plus calmes a ce niveau-la. Cela ne l'affectait pas de manière générale, mais se retrouver de façon assez brutale en face de la dernière personne que vous avez désiré (enfin plus ou moins), il s'apercevait qu'il faisait vraiment figure d'OVNI dans cette tour ultra-chaude qu'était celle du feu.

En effet ils ne s'étaient plus retrouvés seuls tous les deux depuis un sacré bout de temps. Dante en fit le constat au moment ou Hitsik fit son grand retour: "_C'est un signe! Vas-y Dante fait lui du rentre-dedans meuhaïe qu'est-ce qui te prends? _Aaaaah...T'es vraiment un boulet..."
Du temps? Oui il en avait. Discuter? Allez pourquoi pas! Les vieilles histoires ne le gênaient pas. Mais il savait quand même beaucoup de choses a propos de Jill, notamment qu'elle n'aimait pas particulièrement s'attarder sur le passé.

Il marcha jusqu' à elle, elle se poussa un peu et Dante s'assit sur le lit a côté d'elle. Léger vertige en s'asseyant, bon au moins il sentait venir les effets apaisants de lucidité grace au pétard qu'il avait fumé. Il fallait bien ça pour gérer Jill.

_Oh tu sais si je retourne en bas je serai obligé de me farcir Devon jusqu'a ce qu'il ait trop bu... Non et encore la ce sera encore a moi de me le farcir! Donc faire une pause avec toi c'est ... une agréable perspective!

Mais euh ca va toi? Je t'ai vu passer sans un seul regard pour personne, le pas pressé, comme si tu fuyais les autres. Ca m'a surpris parce que d'habitude c'est moi qui fait ça!


Finit-il en rigolant a moitié. Il reprit un air indéfiniment plus sérieux et grave. Les traits du visage fins et marqués le mettaient en valeur naturellement mais avec cet air ombrageux Dante avait un charme beaucoup plus... Mystique. Il se pencha vers elle, son port altier et sa taille lui donnait naturellement l'ascendant sur les autres mais pour ce qui est de se rapprocher... Enfin bref:

_Tu sais que le partage de sentiments c'est pas vraiment ce que je sais faire de mieux. Mais pour toi jte promets que j'ferai un effort. Si tu as besoin de parler, de conseils ou autres... Bah je suis rarement la personne idéale aux yeux de tout le monde mais on sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Jill Elaura Wilde

Elève Feu
j'apprends à rôtir les autres à la broche.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 88
â g e : 26
t o u r : Feu
t o t e m : Dragonne Ishanka
a n n é e : 4ème
a r r i v é e : 08/10/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La seule vraie tristesse est dans l'absence de désir. ( C-F Ramuz)   Dim 14 Nov - 12:46


J’écoutais Dante mais en même temps, des milliers de souvenirs me revenaient en mémoire et me déstabilisaient. Il y avait la première fois où je l’avais vu, je m’en souviendrais toute ma vie je crois. Comment l’oublier ? Il avait l’air si noble, presque un gentleman. Je ne pourrais jamais oublier ce que j’ai ressenti en le voyant, les sentiments qui m’ont envahi.

Flash-back 1

Putain de bordel de merde mais c’est pas vrai ! .

Assise, ou plutôt étalée dans les escaliers, je venais de glisser sur quelque chose et de tomber sans grâce ni aucune légèreté. J’avais mal mais ça aurait pu être pire s’il y avait eu quelqu’un pour voir ma chute. Mon ego en aurait prit un sacré coup et les blessures de l’ego sont les plus longues à cicatriser. Ma cheville irait mieux dans peu de temps.

Me sentant soudain épiée, je tournais la tête… et poussais un soupir en maudissant le monde entier. Un homme se tenait en haut des escaliers, et me regardait. Il ne bougeait pas mais me fixait avec quelque chose d’étrange dans les yeux, comme s’il s’amusait beaucoup mais qu’il ne voulait pas le montrer, et que seul son regard trahissait son état d’hilarité intérieure. Peut-être. Ou bien il était fâché que quelqu’un qu’il ne connaissait pas ose se trouver sur son chemin.

Au lieu de rester planter là comme un idiot, pourriez peut-être m’aider à me relever !

Attaquer la première était ma manière à moi de me défendre. Souvent, la personne en face était trop choquée par mon ton pour répliquer quelque chose et ne trouvais rien de mieux à faire qu’à m’obéir.


Spoiler:
 


Dante vint s’asseoir près de moi sur le lit. D’autres souvenirs ressurgirent mais je les faisais taire aussitôt parce que ceux là étaient bien moins innocents. Il me proposa son aide et je ne pus pas réussir à m’empêcher de sourire. J’aurais bien ri mais je ne voulais pas le vexer.

Même quand on était ensembles tu n’étais pas capable de m’écouter parler de mes sentiments, Dante. Au début j’ai cru que c’était parce que tu n’en avais rien à faire, puis ensuite j’ai compris que tu n’étais seulement pas très à l’aise avec ça.

Je trouvais étrange qu’il m’ait remarqué au milieu de tout ce monde, et qu’il se soit inquiété pour moi au point de venir me voir dans mon dortoir. Même si Devon était en train de l’ennuyer, j’avais du mal à croire qu’il l’ait quitté pour moi ou par curiosité. Je ne connaissais peut-être pas aussi bien que je le croyais, ce nouveau Dante. Sans lui demander son avis, je l’attirais contre moi et attrapais son bras pour le passer autour de mes épaules. Puis je me pelotonnais contre lui et posais ma main sur son cœur, comme je le faisais toujours. Ce nouveau Dante avait toujours des bras aussi agréables.

C’est juste un câlin, pas de sexe. J’ai besoin de réconfort et tu me le dois bien, tu ne crois pas ?

Je pris mon air boudeur pour continuer :

En plus je me suis écharpée avec deux espèces de filles de l’eau, des premières années, résultat je suis convoquée demain dans le bureau du grand chef.

J’essayais d’avoir l’air fâchée mais dans les bras de Dante, j’avais du mal à le rester longtemps. Mais cette histoire me mettait dans une sourde colère. J’en avais assez de jouer les gentils avec les nouveaux élèves, il était temps que je me fasse respecter.

Alors comme ça... tu es devenu un gentil Dante, ou bien c’est juste moi qui ai le droit à un traitement de faveur ?

Disant cela, je me pelotonnais un peu plus dans ses bras et posais ma tête sur son torse, juste à côté de son cœur. Il battait calmement, comme si une fille n’était pas à moitié allongée sur lui. Je n’avais pas pensé à quelque chose de particuliers en m’installant ainsi sur lui, même si avec notre passé… j’avais parfois envie de lui sauter dessus quand je le voyais marcher dans les couloirs, mais j’avais toujours réussi à me retenir jusqu’à maintenant. Ce soir, j’étais fatiguée et énervée à cause de ces deux premières années, je pourrais rapidement faire une bêtise que l’on regretterait le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


________________________
Contenu sponsorisé


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: La seule vraie tristesse est dans l'absence de désir. ( C-F Ramuz)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La seule vraie tristesse est dans l'absence de désir. ( C-F Ramuz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bewitching ; la tentation du feu. :: Bewitching vous ouvre ses portes. :: La Tour Nord. :: Chambres du Feu.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit