AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

________________________
Sawyer H. Paulse

Nouvel arrivant
salut, je débarque de ma planète. tu veux être mon ami ?
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 3
â g e : 29
t o u r : Eau
t o t e m : Hippopotame
a n n é e : Septième
a r r i v é e : 07/11/2010

MessageSujet: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   Dim 7 Nov - 18:17

Sayer Harrison Paulse
L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit. Aristote


feat Ben Barnes


Identité.


nom : Paulse
prénom(s) : Sawyer Harrison
âge : 22 ans
date de naissance : 18 février 1988
signe astrologique : Verseau
sexe : Masculin
nationalité : Américaine
lieu de naissance : Chicago, États-Unis
sexualité : Hétérosexuel
autre(s) :


Bewitching.


tour : Eau
année : Septième
animal totem : Hippopotame
nom du totem : Manischt-Khavlan
autre(s) :


Que la fête commence.




Introduction
Everything has to begin one day...


J'ai la lourde tache de me raconter à vous. Je doute que ce soit un exercice qui me sera facile, mais je tiens à ce que vous compreniez qui je suis. N'allez pas imaginer une histoire très rocambolesque, mais je n'irai pas jusqu'à dire que je ne suis pas spécial et que tout à toujours été banal. Sinon je ne verrais pas l'intérêt des lignes qui vont suivre. Avant de vous laisser juger de l'homme que je suis, j'aimerai vous dire ce que je pense de moi. Après vingt-deux ans de vie à passer à éviter de me poser ce genre de question, je suis venu à la conclusion qu'il était peut-être temps. A vrai dire, on dit souvent que j'ai un jugement trop dur à mon égard, voire même que je serais intransigeant. Avec le recul, je suis assez d'accord. Si je devais faire un inventaire de mes qualités, je les argumenterais certainement de telle manière à ce qu'elles en deviennent des défauts. Par exemple, je suis d'un naturel calme, les pulsions irrépressibles me sont inconnus. J'ai même du mal à comprendre parfois les mécanismes qui entrent en jeu lors des coup de folies de certains, ce qui fait que je passe souvent plus de temps à cogiter qu'à véritablement agir. On me trouve parfois même coincé, et ça par contre, j'ai du mal à saisir. C'est vrai que je ne suis pas aussi drôle, ni même aussi souriant qu'un clown, mais j'aime rire et j'apprécie les blagues. Je suis bien un enfant de l'eau, après tout. Je préfère le calme d'une forêt de l'agitation de la foule
On apprécie mon esprit affuté et ma curiosité naturelle. Ma bibliothèque approche les deux-cents ouvrages lus, et je n'en suis pas peu fier. Non pas que je considère la lecture comme laborieuse, mais je n'y ai pas passé que des bon moments disons... Il faut ce qu'il faut, dit-on...

Vous savez à peu près ce que, moi-même et les autres, pensons de moi. Ainsi, passons à la suite, mon petit historique personnel des moments importants qui ont jonchés ma vie jusqu'à présent.



First Part
Well I feel just like a child ♪


Chicago est une assez grande ville, riche de gratte-ciels, d'hôpitaux, de plages et de quartiers résidentiels. Dans cette ville vivent mes parents, appelons-les monsieur et madame Paulse. Une belle nuit de 1987, ce fut en Juin, Monsieur rentra tard du travail et annonçait à sa femme, alors plongé dans la rédaction assez compliquée traitant du déficit de naissance chez les gorilles des montagnes, qu'il avait décroché une promotion et qu'il irait bientôt passer quelques mois au Guatemala. En tant que scientifique, elle comprenait tout à fait sa joie, et accepta de la partager avec lui. S'en suivit alors un petit restaurant et une nuit blanche durant laquelle j'avais été conçu. Comment j'ai eu connaissance de ces détails me direz vous ? Parce que mon père est, en dépit de son intelligence, quelqu'un d'assez particulier, et n'avait pas trouvé meilleur moyen pour m'apprendre comment un bébé est fait que de me raconter ma propre conception. Ma mère avait délégué cette tache, de peur de m'embrouiller l'esprit avec des termes trop techniques. Déformation professionnelle. Elle lui avait certainement forcé la main pour qu'on partage également, je cite, « des moments emblématiques », le genre de chose qui devraient être racontées si jamais j'avais à raconter ma vie (Et comme vous le remarquez, elle avait raison.). Mon éducation n'a, à peu de choses près, été différente de celle de mes autres camarades de classe de l'époque. Nous venions tous du même quartier, nous jouions tous ensemble après les cours, nous allions chez les uns et les autres les week-end, fêtions des anniversaires dans le parc à jeux voisin. Jusqu'à environs sept ans, mes centres d'intérêt n'étaient pas discordant avec ceux de mes amis de l'époque. C'est quand j'appris à lire qu'une sorte de nouveau monde s'était offert à moi. Je me souviens de vouloir lire tout ce qui pouvait être lu et qui était à ma portée physique, que je comprenais ou non. D'ailleurs, j'ai en mémoire un ouvrage espagnole qui venait de la bibliothèque de mes parents que j'avais plaisir à lire. Plus les années passait, moins ce que faisaient les autres l'intéressait. Je me souviens que je déclinais beaucoup d'invitation à jouer au baseball. Le sport n'a jamais été mon fort. C'était même quelque chose que je trouvais dangereux à l'époque. Ma mère elle-même me l'avait à plusieurs reprise déconseillé, me disant souvent que puisque c'était pas mon truc, autant me concentrer sur quelque chose à laquelle je serait un minimum doué. Ne faisant pas les choses à moiter, elle avait déjà rassembler bon nombre de prospectus d'associations aussi diverse que variée, dont celui du conservatoire et des jeunes scoots. J'avais été condamné à choisir, et pour des raisons pratiques, j'avais décider de débuter les cours au conservatoire. Personne n'était musicien dans mon entourage proche, et moi-même je ne m'en sentais pas vraiment l'âme. Pourtant, le défi m'amusait. Il suffisait d'apprendre ce qu'on nous demander par cœur, et de reproduire certains morceaux appris. J'avais choisi le piano pour m'initier (quelque part, nous n'avions pas vraiment le choix), et au bout des quatre années où j'avais suivis des cours, j'étais au bout apte à jouer une partition, à la comprendre tout du moins à défaut d'être un virtuose. J'ai abandonné tout ça par contre après, si bien que je ne sais pas comment je réagirais si on me mettait un piano dans les mains. Ces petites activité, en plus de l'école firent que socialement, je n'étais pas à plaindre. J'avais des amis de longue date, que j'aimais même beaucoup. Tout changeant cependant presque du jour au lendemain... Enfin, cela dura un mois. Oui, en mois, tout changea, et c'est ainsi que cela commença.


Second Part
We'd met one day, and something changed


C'était un mardi, je me souviens...

« Sawyer, prend tes gants si tu sors ! Je ne voudrais pas que tu attrapes froid ! »
« Oui maman, ils sont sur moi, mais j'ai pas mes clés. De toute manières, je serais rentré tôt. »

Et sans attendre de réponse, je claqua la porte. Mon vélo était attaché à la barrière qui encerclait le jardin. La neige recouvrait l'herbe d'habitude si verte de tout le quartier, Noël était bien terminée, nous nous étions tous souhaité une bonne nouvelle année, et les congés d'hiver avaient débutés. J'enfourchai mon bolide après l'avoir effectué la tache rituelle de détacher l'anti-vol on ne peut plus fait main. (C'était une simple chaine faite de maillions en acier habillement nouée de telle sorte que sans connaître « le truc », il était impossible de le défaire.). Par chance, les rues n'étaient pas glissantes, je pu sans mal me risquer à aller à la vitesse raisonnable à laquelle je roulais habituellement. Je venais d'avoir quinze-ans quelques semaines plus tôt, et j'en étais étrangement fier. Une petite satisfaction gamine, je le concède, mais on se sent toujours enorgueilli d'avoir eu ses quinze-ans alors que tout nos camarades en sont encore à quatorze, et que de ce fait, les leçons de conduites qui commenceraient potentiellement avant celles des autres. Voilà à quoi se résumaient mes vagabondages mentaux dès que mon esprit n'était pas vraiment sollicité. Ce n'était pas des réflexions très profondes, c'était clair, mais elles avaient au moins le mérite de rendre les chemin moins longs. J'arrivais s'en m'en rendre compte au 18 de la second street. C'était une petite quincaillerie où depuis bien trois ans, j'avais l'habitude de me rendre les jours où école je n'avais pas. La vielle dame qui la gérait était une ancienne amie de mes parents (non pas qu'ils aient été en froid, mais le temps a fait les éloigner, c'est ainsi) chez qui j'allais étant petit quand mes parents ne voulaient pas d'une nounou à plein temps quand ils ne pouvaient pas venir me chercher eux-même à la sortie de l'école. Je garais mon vélo à un réverbère sur le trottoir, juste en face du péron, fis mon fameux nœud magique, et j'entrai dans le magasin. Après une rapide bise de bonjour, je me hâtais d'aller au premier. Je me souviens que je trouvais étonnant que depuis un petit moment, je me rendais aux toilettes plus d'une dizaine de fois par jour, sans pour autant boire des litres, bien que la soif se faisait elle aussi plus intense lors des moments où je la ressentais. Une fois ce besoin naturel assouvis, j'entrai dans la salle de bain (pour me laver les main d'abord, bien sûr...) et j'ouvris la porte-fenêtre. Elle donnait sur une petite terrasse qui surplombait un peu le quartier, fait de bâtiments peu hauts. J'aimais beaucoup cet endroit. J'y avais, en quelque sorte, installé mon quartier général. Bon nombre des objets qui étaient autour m'appartenaient. Ce que j'y faisais ? Pas des choses magnifiquement palpitantes. J'y lisais principalement, parfois chantait aussi quand j'étais plus ou moins persuadé que personne n'était dans les alentours, reflexionnait aussi à voix haute en faisant les cents pas afin de mener à bien une dissertation, ou à résoudre des problèmes un peu plus personnel. J'ai toujours trouvé que faire ce genre de choses à haute voix m'aidait beaucoup. Cependant, ce jour là était particulier. Maggie (c'était le nom de mon ancienne nounou) était sortie au bout de quelques minutes, ne me donnant autre précision que je n'étais peut-être pas disposé cependant à entendre, plongé dans mon problème de Maths...

« Alors, on a un rectangle de coté longueur 2x+1 et de largeur (5-2x)/3. Déterminer son air maximal... Pffiou ! J'y arriverai jamais, j'y comprends décidément que dalle... »

Contre toute attente, une voix emergea de je ne sais où, semblant étrangement venir de profondeur impénétrable tant elle était particulière. Cependant, je l'entendis distinctement.

« Pauvre gamin... Si tu buttes sur ça, je me demande bien où tu ira... »

J'ai d'abord sursauté comme jamais je ne l'avais fait. Puis j'ai tenté d'identifier l'endroit d'où pouvait provenir la voix, j'essayai un petit :

« Ya quelqu'un ? Maggie ? »

Et comme vous pourrez vous en douter, personne ne répondit. Je ne me considérait pas sénile jusqu'à ce jour, mais là, je commençai à sérieusement avoir des doutes... Passé le choc et les battements de mon cœur étant revenus à une vitesse raisonnable, je décida de faire abstraction de ce qui venait de se passer, et continua à plancher. Les maths, c'étaient pas vraiment ce que j'appréciai le plus à l'époque, mais dans un éclair de génie (enfin, surtout dans une fouille mémorielle intense) :

« Et si je commençais par exprimer cette aire déjà... »

Et la voix fis acte de présence...

« On brûle, je vois... »
« Qui c'est ?! » dis-je si vite de peur qu'elle s'évanouisse une nouvelle fois. 
« Qui je suis ? Hum... Tu devrais le saura dans peu de temps, je t'assure... »
« Vous êtes.. Dieu ?! » Fis-je interloqué 

Son rictus résonna dans tout mon corps. Un rire lourd et bas, horriblement moqueur et vexant. Je me renfrognait un peu.

« C'est bien une supposition d'humain. Non, je ne suis pas ce que tu pourrais appeler « Dieu ». Si ça avait été le cas, je t'aurais déjà foudroyé sur place, âne batté ! Vingt minutes pour arriver simplement là où tu es.. J'espère que tu as honte ? »

Je me sentais un peu agresser. Bon, c'est vrai que j'avais mis du temps et je n'avais à peine écrit trois lignes... mais qui était-il pour me parler comme ça ? A l'époque, je n'étais pas très humble.. Enfin, j'avais un sens assez obtus de ce qui était juste ou pas, et là, ça ne l'était pas.

« Si c'est si simple, j'attends la réponse alors... »
« Pardon ? Tu me demandes de m'abaisser plus bas que ne je puis. Navré. »

S'en suivit un deuxième rictus, plus profond et bas que le précédant.

« Je suis Sawyer... Vous n'êtes peut-être qu'une manifestation bizarre de mon subconscient, mais je pourrais connaître votre nom ? »

Là, il se passa quelque chose que je ne compris pas, et dont j'ai encore du mal aujourd'hui à saisir avec tout ce que je sais sur les totems. J'entendis un dialecte que je ne connaissait pas, une réplique très courte, mais je compris tout. Enfin, après qu'il l'ait prononcé, j'avais connaissance de plein de choses. Les images défilaient dans mon esprit. Mes yeux s'écarquillèrent, et je cru perdre conscience. Cependant, quelques minutes plus tard, j'étais revenu à moi, murmurant « Bewitching »


Conclusion
Thank you for reading.


J'avais initialement prévu de vous raconter ce qu'il s'était passé pour moi ces sept dernières années, mais figurer vous que je préfère simplement conclure mon récit avec ça. Ca a été assez.. Étrange d'entrer à Bewitching.. Enfin, ça aurait pu paraître encore plus étrange, j'en suis sûr si j'avais douter un seul instant qu'un endroit comme celui-ci existait, et surtout si je n'avais pas vu ce dont j'étais capable. C'était assez fascinant, tellement que c'était même avec excitation que mon entrée s'est faite. Maintenant, j'ai qu'une seule idée en tête, devenir gardien. Je m'en sent l'étoffe, même si je sais que j'en suis peut-être encore loin. Cependant, je suis très bosseur et malgré une cohabitation difficile, avec Manischt, ça se passe plutôt bien. Pour tout vous dire, j'apprécie même de plus en plus ses sarcasmes. Il agit peut-être comme un vieux qui n'a rien à prouver et qui sait tout, mais ça m'amuse plus qu'autre chose. Il est plein de sagesse malgré tout...
A cet heure-ci, je ne saurais vraiment avoir un avis sur ce que semblent opérer les élevés du feu. Mais je dois dire que ça ne me plait pas trop... Je ne me base que sur des soupçons, je ne pourrais vraiment affirmer qu'ils soient la cause de tout ce qui se trame. Mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger l'école et ma tour. Je suis un des plus vieux, ça fait quelque part parti de mon devoir...


J'ai bien envie de vous raconter ma vie.


mon petit prénom : Gardons un peu de mystère, j'aime avancer masqué. (Puis, peut-etre que ça piquera suffisamment votre curiosité pour me tirer les vers du nez un jours ~)
mon petit âge : 17 ans
sur mon avatar, c'est : Ben Barnes
voilà comment j'ai découvert le forum : Ça fait un moment que j'étais tombé dessus. Je pense que c'était sur un Top, cet été. Je suis retombé dessus hier, et sans pour autant chercher une nouvelle terre d'asile, je m'y suis intéressé parce que je le trouvais intéressant (Qu'il est drôle !), et ça a pas manqué...
tant qu'à faire, j'vous dis ce que j'en pense : Plusieurs choses m'ont vraiment plu. Niveau design {Petite police - Largeur du forum assez étroite - Couleurs}, bon c'est peu de choses, mais j'y accorde une importance irrationnelle (Je vais me soigner, promis). Puis le contexte qui m'a vraiment accroché... Enfin, je suis pas tellement le genre à cirer les pompes, mais vraiment, vous avez tout mon respect.
et voici la preuve que j'ai bien lu les règles :Codes validé par Franklin le magnifique Cool x)
autre(s) : J'aime préciser être un mec...



Dernière édition par Sawyer H. Paulse le Jeu 11 Nov - 18:45, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Franklin Faust Fergusson

Elève Feu
j'apprends à rôtir les autres à la broche.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 197
â g e : 27
t o u r : Feu
t o t e m : Un Tigre Dent de Sabre
a n n é e : Sixiéme Année
a r r i v é e : 27/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   Lun 8 Nov - 12:10

Bienvenue parmi nous !
Bon courage pour ta fiche =)
_________________

Tu es le Vent ,
qui Attise ma Flamme


Liens

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Maëlis D. Stevens

Incarnation Eau
je maîtrise l'attaque vibraqua.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 1235
â g e : 27
t o u r : Eau
t o t e m : Loutre
a n n é e : Sixième
a r r i v é e : 28/08/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Hum...
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
15/500  (15/500)

MessageSujet: Re: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   Lun 8 Nov - 20:37

Bienvenue
Quel totem imposant ! J'adore ♥
Bonne continuation pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Eden S. Erichsen

Elève Eau
j'apprends le chant majestueux des lacs.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 72
â g e : 28
t o u r : Eau
t o t e m : Pingouin
a n n é e : Sixième
a r r i v é e : 10/10/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   Lun 8 Nov - 20:44

Oooooh un beau gosse dans ma tour +ZBAAF+
Bienvenue très cher ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Misha A. Denvers

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 93
â g e : 24
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   Mer 10 Nov - 21:37

bienvenuuue :5: :5: :5:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Sawyer H. Paulse

Nouvel arrivant
salut, je débarque de ma planète. tu veux être mon ami ?
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 3
â g e : 29
t o u r : Eau
t o t e m : Hippopotame
a n n é e : Septième
a r r i v é e : 07/11/2010

MessageSujet: Re: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   Mer 10 Nov - 23:40

Merci pour l'accueil

Si la foi j'ai, fini cette nuit ma fiche sera ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Sawyer H. Paulse

Nouvel arrivant
salut, je débarque de ma planète. tu veux être mon ami ?
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 3
â g e : 29
t o u r : Eau
t o t e m : Hippopotame
a n n é e : Septième
a r r i v é e : 07/11/2010

MessageSujet: Re: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   Jeu 11 Nov - 18:46

Double poste à supprimer à souhait si l'envie vous viens.
Simplement pour dire que je pense avoir terminé ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Woann L. Laughlin

Nouvel arrivant
salut, je débarque de ma planète. tu veux être mon ami ?
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 17
â g e : 23
t o u r : feu
t o t e m : panthère noire
a n n é e : sixième
a r r i v é e : 29/10/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   Ven 19 Nov - 19:07

Bienvenue Sawyer !
(Je ne suis pas validée non plus, mais bon, bienvenue quand même quoi ! XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


________________________
Contenu sponsorisé


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sawyer H. Harrison • Such a floating leaf along the river

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bewitching ; la tentation du feu. :: Enfin, tout peut débuter ! :: Registre.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit